16 ème Opep-non Opep à Abou Dhabi:  Le  Comité ministériel de suivi de l’accord de  réduction de production se réunit

0
44

Le Comité ministériel conjoint de suivi de  l’accord Opep-non Opep (JMMC) tiendra jeudi sa 16éme réunion à Abou Dhabi  (Emirats Arabes unis), avec la participation de l’Algérie.  La réunion du JMMC sera consacrée à l’analyse de la situation du marché  pétrolier international et de ses perspectives à court et moyen terme . 

Il sera également question de l’examen des niveaux de conformité des  ajustements de production par rapport aux engagements tenus par les pays  membres de l’Opep et les pays participants non membres de l’Organisation. En décembre 2018, l’Opep avait convenu avec dix pays producteurs non-Opep,  d’une baisse conjointe de leur production de 1,2 million de barils, avec  une réduction de 800.000 barils/jour par l’Opep et de 400.000 barils/jour  par ces pays producteurs non-Opep.  Cet accord a été reconduit  pour une durée supplémentaire de 9 mois allant  du 1er juillet 2019 jusqu’a 31 mars 2020, mais les prix de l’or noir  restent instables à cause notamment des perspectives moins optimistes pour  l’économie mondiale et autres facteurs.   L’Opep a appelé hier à la « responsabilité partagée » de tous les pays  producteurs de pétrole pour assurer la stabilité  du marché, alors que les pays extérieurs de l’organisation comme les  Etats-Unis pompent toujours plus de brut. « Compte tenu des prévisions pour la croissance économique mondiale, la  (croissance de la) demande de pétrole est attendue à environ 1 mb/j en 2019  et 2020.Toutefois, elle devrait être dépassée par la forte croissance de  l’offre non-Opep », souligne l’Organisation dans son rapport mensuel publié hier  Cette offre est tirée par les Etats-Unis, toujours en pleine révolution  des pétroles de schiste, même si l’Opep a revu à la baisse sa prévision  pour ce pays l’an prochain. « Cela souligne la responsabilité partagée de tous les pays producteurs  pour soutenir la stabilité du marché pétrolier afin d’éviter une volatilité  indésirable et une rechute potentielle dans un marché déséquilibré ». Dans ce contexte, l’Arabie Saoudite qui co préside le JMMC avec la Russie  s’est déclaré favorable à la poursuite de la politique de baisse de la  production de pétrole. La politique pétrolière de l’Arabie saoudite, qui assure le tiers de la  production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, ne  changerait pas de cap, avait déclaré le nouveau ministre de l’Energie de  l’Arabie saoudite, le prince Abdel Aziz ben Salmane nommé dimanche dernier  à ce poste.  Selon le dernier rapport du JMMC, la conformité globale aux accords  d’ajustement volontaire de la production pétrolière entre l’Opep et ses  partenaires non-Opep a été de 159 % en juillet dernier.   Le Comité avait appelé les pays participant à la Déclaration de  coopération à poursuivre leurs efforts pour se conformer pleinement et en  temps voulu aux ajustements volontaires de la production sur la base des  décisions de la 176e réunion de la conférence de l’Opep et de la 6e réunion  ministérielle de l’Opep et non-Opep, tenues les 1 et 2 juillet dernier à  Vienne.  Le JMMC a été créé à la suite de la 171ème Conférence ministérielle de  l’Opep du 30 novembre 2016 et de la « Déclaration de coopération » de la  réunion ministérielle mixte Opep- pays non membres de l’Opep tenue le 10  décembre 2016. Ce Comité est chargé de veiller à ce que ces objectifs soient réalisés  grâce à la mise en úuvre des ajustements volontaires de la production du  pétrole des pays Opep et non Opep.  Le JMMC  est composé de sept pays membres de l’Opep (Algérie, Arabie  Saoudite, Emirats Arabes Unis, Irak, Koweït, Nigeria et Venezuela) et de  deux pays non membres de l’Organisation (Russie et Kazakhstan).

A.A