Les enfants et la mauvaise utilisation du Net: Les parents endossent l’entière responsabilité

0
172

La Toile, un monde à part qui recèle beaucoup de choses qui peuvent être utiles ou dangereuses pour nos enfants qui ignorent totalement la différence entre les sites qu’il faut fréquenter et ceux qui comportent des dangers pour eux. Ordinateur, jeux vidéo, tablette, smartphone… Nos enfants y dépendent, ils y sont accros bien plus qu’il ne le faudrait !

Difficile de les sortir faire prendre un grand bol d’air ! Les parents s’en plaignent et s’en inquiètent : «Chaque jour, mon fils passe des heures entières à pianoter sur leur ordinateur. Il se lève le matin, il allume l’écran avant de se préparer ou d’aller déjeuner pour partir à l’école. Il rentre à midi… toc… il se connecte sur les jeux en réseau. Il rentre le soir… Bingo… J’ai beau dire, il ne veut rien entendre. Je m’inquiète pour lui, même s’il travaille toujours bien au collège… Il a toujours assuré une bonne moyenne générale, et je me demande où il trouve le temps de réviser…!», se demande Radia qui a tout essayé ; la manière douce, la forte… mais rien à faire avec son fils qui se prend pour une moule accrochée a son rocher et jusqu’à des minuit passé. Nadia employée dans une banque n’arrive pas elle aussi à maî- triser le temps de ses deux enfants adolescents accros au Net. Ils passent leur temps scotché à leur téléphone portable. «Ce n’est pas le contenu des échanges qui m’inquiète, car ils ne montrent aucun signe de déséquilibre, mais, en revanche, le temps qu’ils passent à l’écran est totalement excessif. Tout me laisse penser qu’ils sont cyberdépendants», nous confie-t-elle. De son côté, Meriem mère de trois enfants se plaint de sa fille inscrite en 5e année primaire et qui est également attirée par l’écran «bien qu’elle soit classée parmi les 10 premiers de sa classe, je trouve qu’elle manque de concentration. Elle commet souvent des erreurs d’inattention, pourtant elle connaît très bien les réponses des questions posées aux devoirs», nous confie-t-elle. A vrai dire les moyens de communication ont la cote auprès des adolescents. Mais au lieu de bien les utiliser les enfants de dernière génération n’en font qu’à leur tête au point que certains en sont devenus accros au mobile. Leur dépendance à Internet est de plus en plus courante et surtout de plus en plus forte, au point qu’ils développent des comportements et des symptômes caractéristiques des problèmes d’inattention, de dépression, de rupture de la communication familiale, de phobie sociale, de troubles du sommeil… Si un enfant reste longtemps face à un écran, pour des jeux vidéo, il fait rarement de l’activité physique. Récemment, certains fabricants de ce genre de jeux sont en train de changer le système de jeu pour être plus interactif. Toutefois, ces changements ne peuvent toujours pas remplacer les bienfaits de courir, sauter, et d’autres jeux physiques.