1e réunion du Comité de suivi de la Conférence de Berlin sur la Libye: Boukadoum y a pris part à Munich

0
120

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a pris part, dimanche à Munich (Allemagne), à la première réunion du Comité international de suivi de la Conférence de Berlin sur la Libye.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a dirigé la délégation algérienne à ladite conférence qui s’est tenue le 19 janvier 2020. Au cours de la réunion de Munich, de nombreux intervenants, notamment le co-président de la conférence, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, ainsi que la représentante des Nations unies «ont salué l’initiative de l’Algérie, qui a organisé à Alger le 31 janvier 2020, une rencontre sur la Libye avec les pays voisins», relève la même source. En marge de cette rencontre et de la conférence de Munich sur la sécurité, à laquelle il a également pris part, du 14 au 16 février, Boukadoum s’est entretenu avec plusieurs responsables, en particulier Maas, le ministre koweitien des Affaires étrangères, Cheikh Ahmed Nasser Al Muhammad Al Sabah, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhabom Ghebreyesus, ainsi que le secrétaire général adjoint des Nations unies, chef du Département des opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix. Boukadoum s’est également entretenu avec le secrétaire d’Etat parlementaire au ministère allemand de la Défense, Thomas Siberhorn. Il réitère la position de l’Algérie privilégiant une solution politique à la crise libyenne Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a réitéré, dimanche à Munich (Allemagne), la position de l’Algérie sur le règlement de la crise libyenne en «insistant sur une solution qui ne peut être que politique». Dans son intervention lors de la 1ère réunion du comité international de suivi de la Conférence de Berlin sur la Libye, Boukadoum a «mis en exergue la capacité des frères libyens à dépasser leurs divergences sans ingérence extérieure». Le ministre «a ainsi lancé un appel pour un appui de la communauté internationale aux efforts visant à permettre au peuple libyen de sortir de cette crise qui affecte durement ce pays voisin et dont l’impact se fait ressentir bien au-delà de ses frontières».

Le chef de la diplomatie algérienne a également «réitéré l’entière disponibilité de l’Algérie à accompagner les frères libyens, dans le processus de dialogue et de règlement politique, tout en restant à équidistance de toutes les parties et avec le même degré de franchise et de confiance». Boukadoum «n’a pas manqué aussi de saluer les efforts de l’Allemagne et les résultats auxquels ils ont abouti, en particulier, à travers la conférence de Berlin sur la Libye».

M. T.