1er novembre 1954- 1er novembre 2017: Il y a de cela 63 ans… le sacrifice d’un peuple

0
394
Photo conception L'Echo d'Algérie@

 

L’Algérie célèbre ce mois de novembre, le 63 è anniversaire du déclenchement de la lutte armée à minuit, le 1er novembre 1954 sur le territoire. Le peuple algérien se souvient de cette époque auquel il a consenti les plus grands sacrifices sur tous les fronts de la guerre qui ne peuvent s’effacer de sa mémoire et l’histoire ne l’oubliera jamais, car ce jour-là le peuple algérien, a écrit une des plus belles pages de son histoire parmi elles, il y a eu aussi la mobilisation des étudiants et des intellectuels algériens pour le combat libérateur qui rayonnait sur le monde, à la mesure de sa grandeur et de ses espoirs qui nous a permis de vivre libres et indépendant aujourd’hui.

Cette célébration est l’occasion  pour les algériens et les algériennes de se recueillir  à la mémoire de ses  fabuleux Martyrs  et  ces Hommes qui ont préparé novembre 1954,qui ont tenu leurs engagements envers la cause nationale car, nos jeunes ne connaissent pas ces figures héroïques de la libération du pays qui, se  sont engagés  aux multiples  sacrifiés, notamment   au prix de leur sang et de leur jeunesse en abandonnant leurs parents, leurs enfants, leurs terres, leurs biens ou leurs études. Le peuple algérien  devait aussi  fêter sa victoire en hissant tout haut l’emblème national. En effet, cette journée la plus prestigieuse que le peuple algérien commémore chaque année et qui a mis fin à une colonisation de 132 ans. Cette date qui interpelle la mémoire nous dit que notre pays s’est libéré grâce aux sacrifices de  son peuple : cette date représente la dignité retrouvée et la liberté  qui a fini  par s’imposer,  au prix du sang d’un million et demi de martyrs. Sans oublier aussi, tous les moudjahidine et militants de la cause nationale qui nous ont quittés ou ceux qui sont encore vivants méritent respect et considération pour leur courage et dévouement pour une Algérie libre et indépendante.  C’est un moment solennel dans l’histoire de l’Algérie indépendante qui aborde l’un des chantiers de la mémoire collective qui reste encore en suspens. Cette dernière devra se perpétuer à travers la nécessaire et indispensable écriture de l’ histoire authentique qui n’est pas enseignée ou écrite et encore moins abordée  .Sans la volonté politique  de relancer les grands débats sur l’écriture de l’histoire  de la guerre de libération nationale  par des plumes intègres et sincères parmi les intellectuels et chercheurs  indépendants  pour la transmission  de la mémoire authentique car, les algériens doivent connaitre leur histoire authentique, afin d’arracher de l’oubli ce qui s’est passé durant la révolution.   L’avenir ne pouvant se construire  sans la connaissance  et la reconnaissance de l’histoire  .Il est impensable  de célébrer le 1er novembre 1954, qui a été un tournant décisif dans l’histoire du pays  qui a vu  le peuple algérien   crier son refus  de la colonisation , sa volonté  d’indépendance  et son attachement  indéfectible  à l’armée de libération nationale  (ALN)  et  au front de libération nationale (FLN),  .La lutte de libération  nationale  était bien  celle d’un peuple dominé, exploité, meurtri , mais surtout déterminé à arracher son indépendance . Par leur bravoure et leur héroïsme, ils ont inscrit leur nom dans le grand registre de l’histoire humaine, il est donc grand temps de réunir les témoignages dispersés et restituer les faits et les événements oubliés pour tenter de créer des liens entre ces hommes de la glorieuse révolution et les nouvelles générations, afin qu’il n’y ait pas de rupture dans la mémoire collective.  En effet, c’est une date marquante et symbole de notre indépendance et d’une génération révolutionnaire inscrite en lettre de sang au prix d’une longue guerre de libération, mérite amplement une halte décisive dans l’histoire de la glorieuse Révolution de l’Algérie. L’objectif étant  de mettre en lumière leur combat  et leur bravoure, à travers un portrait  à la hauteur  de la grandeur  de ces hommes qui ont préparé novembre 1954. Nous inspire en tant que citoyen  pour esquisser  la rédaction  de cette modeste contribution  pour nous rappeler  et faire rappeler la nécessité  d’écrire l’histoire  véritable  du pays, afin  de permettre  aux générations  actuelles et futures d’en savoir  un peu plus sur l’histoire  de la guerre de libération  nationale.  L’Algérie après  son indépendance précisément dans les années 1970 dans le sillon de la guerre de Libération nationale a, bel et bien été classée après l’Espagne et l’un des premiers pays industriels du continent africain  et « la Mecque des révolutionnaires » où elle apportera sa contribution active à l’indépendance des pays opprimés et  conquis des espaces géopolitiques notamment  leaderships du mouvement des pays Non –Alignés, d’Afrique et du monde Arabe, où règne  l’accélération de la renaissance du développement économique et culturelle ,notamment une Algérie que nous percevions  en devenir, un pays développé  dans l’histoire du cinquantenaire   de l’indépendance de  notre pays. Comme aussi, l’Algérie a lancé les grandes idées sur les matières premières pour un nouvel ordre économique mondial. Un acquis, porteur de grandes perspectives socio-économiques  pour l’horizon 1990.

En effet, c’est en cette nuit mémorable du 31 octobre au 1 er novembre 1954, que l’ultime et incomparable révolution populaire algérienne se déclencha à travers tout le pays. L’objectif principal, la libération sans condition de l’Algérie Algérienne du joug colonialiste impérialiste Français. Comme, il a été rapporté par plusieurs historiens toutes nationalités confondues et témoins oculaires encore vivants, l’épopée sanglante de l’histoire de la guerre d’Algérie et ses conséquences sur les algériens (es), a commencé un 1er novembre 1954 en Algérie.  Appelée aussi guerre d’Algérie, ce grand évènement historique unique dans son genre débuta il y a 65 ans, jour pour jour, pour ne prendre fin que le 03 juillet 1962 avec l’indépendance du pays célébrée le 05 juillet 1962. Cette grande guerre d’Algérie fêtée annuellement, évoquant les luttes sans merci, opposant victimes (Algériens) et oppresseurs (Armée coloniale Française) est intervenue, suite à l’appel lancé par le FLN.  Même, si on raconte que la préparation de l’insurrection a été des plus brèves, préparée rapidement, le succès de l’opération a été d’autant plus éclatant, entre autre, plus significatif, plus mérité, ce qui a porté un grand coup à l’oppresseur Français. Le coup était si fort, que l’écho de la grande guerre d’Algérie fut entendu par toute la planète toute entière. Il faut reconnaitre également que  pour les organisateurs du FLN, qui avec des moyens de fortunes et des dizaines d’hommes engagés dans la lutte ‘’ Commandos’’, voir des centaines, dont d’entre eux n’étaient armés que d’armes blanches de fortunes et autres couteaux, épées traditionnelles, poignards…avaient déclaré la guerre à l’une des plus grandes puissances du monde lourdement armée, bien structurée et très bien équipée. Certes, la tâche n’était pas facile pour le FLN, elle n’était pas de tout repos, de mobiliser tout un peuple soif de liberté, et autres énergies utiles permettant la déstabilisation de la puissante France coloniale, tout au long du temps qu’il fallait pour libérer le pays. Les années de luttes armées qui se suivirent portèrent leur fruit, et l’Algérie fut libérée le 05 juillet 1962.

Hommage à tous les ‘’ libérateurs’’  de l’Algérie

Depuis l’occupation de l’Algérie par la France coloniale, de la révolution entreprise par l’Emir Abdelkader jusqu’à la guerre d’Algérie, les luttes pour la liberté n’ont jamais cessé. Organisées par des hommes de grandes envergures, les révolutions se sont succédées au fil des décennies, où se relayaient tour à tour des leaders, des hommes, et femmes qui n’ont jamais baissé les bras un seul instant, pour laisser le champ libre à cette France coloniale criminelle, qui non seulement a volé notre terre, massacré notre peuple et commis les pires exactions que l’être sensé ne puisse imaginer. C’est à ces grands hommes que nous présentons un hommage solennel, et à qui nous disons : ‘’On est toujours très triste d’avoir à apprendre votre mort, surtout quand de votre personnalité émane un respect et une bienveillance unique propre à vous. Vous avez su par vos hautes qualités exceptionnelles et extraordinaires, votre comportement exemplaire, votre  noble caractère, vos sacrifices, votre courage éveiller les esprits de vos vertus pour la postérité, comme vous avez su sauvegarder et préserver les fruits de vos luttes, combats et pensées qui sont admirablement cités parmi les biens les plus précieux qu’espère chaque être humain épris de clarté, de lumière, et de justice, d’où l’origine de nos libertés fondamentales.’’ De ces grands hommes on a appris à espérer un monde plus meilleur, un monde plus juste, un monde plus équitable, de croire à la chance, de croire à un avenir prospère et meilleur. On a appris d’eux, ce qu’il y a de plus beau de plus meilleur entre autres, la sagesse, la grandeur d’esprit, la patience…. C’est pourquoi il convient de les honorer par nos paroles, nos pensées, nos actes, surtout par nos prières, ainsi que par la sauvegarde de notre identité, notre religion, nos coutumes et traditions….  « Aujourd’hui ne meurt jamais », présents hier, aujourd’hui, demain, pour toujours, c’est l’un des privilèges de ces grands hommes qui ont marqué le temps en faisant l’histoire, dont les actes sont œuvrés post mortem. C’est à ces hommes et femmes, qui se sont sacrifiés pour une grande cause et qui ont fait l’histoire de l’Algérie portant haut le drapeau de la liberté, de la justice et de la solidarité que nous réitérons notre hommage. Enfin, à nous de rappeler ces grands évènements qui sont un bout de leur mémoire encore vivace dans l’esprit de chacun, et que nous avons pu hériter de ces êtres exceptionnels qui sont absents de corps, mais qui ne nous ont jamais quittés. On les croit dans l’ombre, mais par leur passé glorieux, ils sont parmi nous, plus présents que jamais.