1er trimestre 2018: Le déficit commercial en recul de plus de 83 %

0
54
Photo Fatah Guidoum@L'Echo d'Algérie

Le déficit commercial de l’Algérie a baissé de plus de 80% durant le premier trimestre 2018. Il a été évalué à «490 millions de dollars», contre «2,98 milliards de dollars durant la même période de 2017».

Selon un bilan du Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (CNIS), de janvier à mars de l’année en cours, les exportations ont connu une hausse de 20% et se sont établies à «10,716 milliards de dollars (mds usd) contre 8,938 mds usd». Cette hausse serait tirée par celle obtenue par les hydrocarbures qui a continuer de représenter l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger. Sur les trois mois, elles se sont établies à «10,03 mds usd contre 8,388 mds usd», soit une hausse de 1,64 mds usd (+19,6%). Les exportations hors-hydrocarbures, qui se composent entres autres de demi-produits, des biens alimentaires et équipements industriels, se sont établies à «686 millions usd sur les 3 premiers mois de 2018. Malgré leur hausse de 25% par rapport à la même période de 2017, l’apport de cette catégorie demeure marginale. Une légère baisse de 6% a été quant à elle contractée par les importations. Selon le même bilan ces dernières se sont établies à «11,2 mds usd au premier trimestre 2018 contre 11,92 mds usd à la même période de l’année écoulée, soit une baisse de 714 millions de dollars». Malgré cette baisse, l’on relèvera, dans cette catégorie, une forte hausse des achats de carburants. Ainsi, la facture d’importation du Groupe Energie et lubrifiants a grimpé à 481 millions de dollars contre 366 millions de dollars, soit une augmentation de 31,42%. Les importations des produits bruts, ont été évaluées à «463 millions usd contre 441 millions usd», soit en hausse de 5% contre une hausse de 3% contractée par les demi-produits qui ont été importés pour 2,74 mds usd. Par contre, des baisses d’importations assez conséquentes ont été relevées pour les biens d’équipements agricoles et industriels et les biens de consommation non alimentaires. La plus forte baisse a été enregistrée par les biens d’équipements agricoles dont la facture d’importation s’est établie à «114 millions de dollars au 1er trimestre 2018 contre 185 millions de dollars à la même période de 2017, soit une baisse de plus de 38%. Cette baisse sera suivie par celle détenue par les biens d’équipements industriels, qui ont été importés pour 3,4 mds usd contre 4 mds usd (-15,21%), tandis que la facture d’importation des biens de consommation non alimentaires a coûté 1,767 mds usd contre 2,012 mds usd (-12,2%). La facture des biens alimentaires a enregistré la plus faible baisse de seulement 0,2% et s’est donc établie à 2,245 mds usd contre 2,250 mds usd. Concernant les partenaires commerciaux, les cinq premiers clients de l’Algérie ont été l’Italie avec 1,41 mds usd (13,2% des exportations globales algériennes), suivie de l’Espagne avec 1,34 usd (12,6%), de la France avec 1,22 mds usd (11,4%), des Etats-Unis avec 1,16 mds usd (10,85%) et de la Grande-Bretagne avec 664 millions usd (6,2%). Quant aux principaux fournisseurs de l’Algérie, la Chine est encore venue en tête avec 1,74 mds usd (15,53% des importations globales algériennes), suivie de la France avec 1,12 mds usd (10,03%), de l’Italie avec 944 millions usd (8,42%), de l’Espagne avec 870 millions usd (7,76%) et de l’Allemagne avec 750 millions usd (6,7%).