2018 à Tébessa : Début de concrétisation du projet intégré d’exploitation  et de transformation du phosphate de Bled El-Hadba

0
596
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 L’année 2018 à Tébessa a été marquée par le  début de concrétisation du projet intégré d’exploitation et de  transformation du phosphate de la région de Bled El-Hadba, située dans la  commune de Bir El-Ater (90 km au Sud de Tébessa).

Longtemps attendu, le complexe de la région de Bled El Hadba est le « plus  important projet industriel lancé en Algérie depuis près de dix ans »,  affirmait le 26 novembre dernier dans la région de Oglet Ahmed (22km de Bir  El Ater), le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, au cours de la cérémonie de  signature de l’ accord de partenariat pour la réalisation du complexe,   entre Sonatrach, Asmidal-Manal et le partenaire chinois représenté par le  groupe Citic. Pour les habitants de la commune frontalière Bir El Ater, le projet du  complexe de phosphate ne garantira pas seulement des postes de travail,  mais aura le mérite de relancer le développement de toute la région et  confortera la stratégie économique hors hydrocarbures. Le méga-projet de transformation du phosphate de Bled El-Hadba, dont la  réserve est estimée à 500 millions de tonnes, constitue un « acquis  supplémentaire » pour la wilaya de Tébessa, assure le directeur général de  Ferphos, Mokhtar Lakehal. « En cours de réalisation et avec son entrée en service, le projet intégré  du complexe de phosphate apportera des changements radicaux dans le paysage  économique de la wilaya, garantira la création de richesses, l’ouverture de  milliers de postes d’emploi et insufflera une dynamique économique sans  précédant », souligne confiant le responsable.

Plus de 6 milliards de dollars d’investissement, mise en exploitation  en 2022

 Un investissement « important » dépassant les 6 milliards de dollars a été  alloué pour la concrétisation du projet intégré de transformation du  phosphate, dont la mise en exploitation, prévue pour 2022, devra permettre  d’augmenter la production nationale de phosphate, acides phosphoriques et  ammoniac de 2 millions de tonnes actuellement à 10 millions de tonnes par  an, et d’assurer des revenus financiers en devises dépassent 1,9 milliard  de dollars par an, selon la fiche technique du projet. Ce projet stratégique, qui assurera l’extraction de phosphate de la mine  de « Bled El-Hadba » dans la région sud de la wilaya, et sa transformation au  niveau de plusieurs usines, permettra l’émergence d’une industrie de  transformation structurée et génératrice de richesses avec plus de 3.000  emplois directs et indirects, ainsi que 14.000 emplois après la réalisation  des usines connexes. Le projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate, dont  la partie algérienne détient 51%, contre 49% pour la partie chinoise, est  réparti entre « Bled El-Hadba » à Tébessa sur une superficie de 2045  hectares, Oued Keberit à Souk Ahras sur 1 484 ha, Hdjar Essoud à Skikda qui  s’étale sur 149 ha ainsi que le port d’Annaba sur 42 ha. Expropriations et déclassement des terres agricoles pour le lancement  du chantier  Le projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate pour  lequel, le PDG du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, signataire  d’accord pour la partie algérienne, s’est engagé à mobiliser tous les  moyens nécessaires matériels et humains pour sa concrétisation, est déjà  lancé. La concrétisation sur le terrain du projet intégré d’exportation et de  transformation du gisement de Bled El Hadba, dans la commune de Bir El  Ater, a été d’ores et déjà lancée avec des expropriations pour utilité  publique de 139 familles résidant dans les alentours du gisement de  phosphate. Dans le même contexte, 250 aides financières à l’habitat rural ont été  attribuées aux familles concernées pour la réalisation d’habitations sous  forme de groupements urbains dotés de toutes les commodités et un montant  de 92 millions de dinars a été mobilisé par la société des mines de  phosphate, Somiphos de Tébessa, filiale Ferphos, pour l’indemnisation de  ces familles. Aussi, fin décembre dernier, le Conseil des ministres a validé deux  opérations de déclassement de terres agricoles pour la concrétisation du  projet intégré d’extraction et d’exploitation du phosphate de Tébessa.  Le premier déclassement concerne 496 hectares de terres agricoles de  faible rendement, répartis à travers la wilaya d’El Tarf, Guelma, Souk  Ahras et Tébessa, pour le dédoublement et la modernisation, sur 394  kilomètres, de la voie ferrée minière allant du gisement phosphatier dans  la wilaya de Tébessa au port de Annaba. Le second déclassement concerne 4,5 hectares de terres agricoles  inexploitées et constituées de maquis, situées dans la commune de Filfila,  dans la wilaya de Skikda.  Cette assiette foncière accueillera une station de dessalement d’eau de  mer d’une capacité de 70.000 m3/jour, destinée notamment à deux unités de  production d’engrais dans la zone de Hadjr Soud (wilaya de Skikda).

A.A