29e vendredi de hirak: Retour en force de la mobilisation populaire

0
259
Ph :Fateh Guidoum / PPAgency 29e vendredi de mobilisation a Alger.

Pour ce 29e vendredi de Hirak, les Algériens ont  une nouvelle fois, investi  la rue pour exiger le changement et donner le ton, comme de coutume, aux nouveaux développements de la scène politique au travers des slogans et banderoles.

Ce vendredi a  marqué  le retour en force de la mobilisation populaire .Cette nouvelle journée de manifestation populaire contre le pouvoir intervient quelques jours après la suggestion du chef de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah pour une convocation du corps électoral le 15 septembre en vue d’organiser des présidentielles en décembre prochain. « Concernant l’élection présidentielle, j’aimerais insister encore une fois que la situation ne peut tolérer plus de retard, elle exige au contraire la tenue de cette élection décisive pour le présent et le futur du pays, dans les délais que j’ai évoqués lors de ma précédente intervention », a réitéré mercredi Gaid Salah. Bien que cette annonce était attendue, pour certains observateurs, dés lors que l’état-major évoquait dans chaque nouvelle allocution, l’impératif de l’organisation d’un scrutin dans les plus brefs délais, elle a, toutefois, surpris plus d’un du fait de la complexité de la situation et l’échec frappant de l’élection du 4 juillet. Par ailleurs, la manifestation estudiantine, mardi dernier, marquerait, selon les observateurs, « le retour du mouvement estudiantin » du fait de la forte mobilisation des étudiants. Mais elle pourrait également être annonciatrice d’un « come-back » éminent du mouvement populaire. A Alger, les milliers de manifestants sortis dans la rue pour ce 29e vendredi de mobilisation contre le pouvoir ont répondu à Gaid Salah qui suggérer la convocation du corps électoral le 15 septembre en vue d’organiser, dans les trois prochains mois, une élection présidentielle. Seule voie, selon l’état major, de sortir le pays de la crise politique actuelle. « Pas de vote », « Gaid Salah, vote tout seul », « pas d’élection avec la bande », sont les principales répliques que les manifestants ont utilisées pour répondre au chef de corps d’armée.

Toufik M