2ème Salon vétérinaire : L’actualisation de la liste des maladies  professionnelles est impérative

0
156

 Les participants au deuxième Salon  vétérinaire et productions animales et aquaculture (VETOPAQ), qui se tient  depuis jeudi au centre de loisirs scientifiques de Tizi-Ouzou, ont souligné  la nécessité d’actualiser la liste des maladies professionnelles liées au métier de vétérinaires.

La secrétaire générale du syndicat national des vétérinaires  fonctionnaires de l’administration publique (SNVFAP), Dr. Zakia Djilti, qui  a présenté une communication sur les maladies professionnelles spécifiques  aux vétérinaires, a observé que les textes fixant les maladies  professionnelles et celui régissant les travaux qui exposent les  professionnels à des risques sanitaires « sont dépassés et doivent être  revus et complétés »‘, tout en plaidant pour l’élaboration d’un texte de loi  qui sera exclusivement dédié aux maladies professionnelles liées à  l’activité vétérinaires. Entre autres affections non répertoriées dans la liste actuelle, elle a  cité la maladie de Lyme, causée par la griffure de chat, la fièvre de la  vallée du Rift qui est transmise à l’homme par certaines espèces de  moustiques, et la fièvre Q transmise principalement par inhalation des  particules infectieuses transportées dans l’air et des poussières  contaminées provenant d’animaux ou de produits d’origine animale, a ajouté  Dr. Djilti. Elle a présenté la liste de maladies liées à l’activité  vétérinaire qui ne sont pas prises en charge par la médecine du travail et  qui a été transmise par le SNVFAP au ministère de l’Agriculture, du  Développement rural et de la Pêche. Abordant le cas de la brucellose humaine, une des principales  préoccupations des professionnels de la santé animale, la même spécialiste  a relevé que « Le vaccin contre cette maladie, qui est à base de souches  vivantes et en forme de gouttes, fait courir un risque de contamination,  par voie de la muqueuse oculaire notamment, aux vétérinaires », avant  d’ajouter que « même si cette maladie est prise en charge par les caisses  d’assurances, beaucoup de vétérinaires l’ignorent, par manque de  communication, et ne bénéficient donc pas de ce droit ». La secrétaire générale du SNVFAP a insisté sur l’importance de la  vulgarisation des cas de contamination, « pour inciter les vétérinaires à  redoubler de vigilance et de précautions en utilisant les kits de  protection afin de préserver leur santé ». La chargée de la cellule d’écoute et de communication au niveau de la  Direction de Tizi-Ouzou, de la Caisse nationale de sécurité sociale des non  salariée (CASNOS), Djamila Berdous, qui a présenté les offres de cet  organisme, et qui a été très sollicitée par l’assistance lors des débats, a  informé les vétérinaires présents à ce Salon, que leurs préoccupations, en  particulier, et celles de tous les assurés de la CASNOS, en général,  concernant la prise en charge des accidents de travail, des congés de  maladie et de maternité, des allocations familiales et les arrêts de  travail, font l’objet d’une étude au niveau de la Direction générale pour  leur intégration éventuelle dans les offres de cette Caisse.

Yasmine D