Ligue 1 Mobilis: L’USMA, championne d’automne en attendant le sacre

0
63

L’on ne peut pas dire que l’USMA a usurpé son titre symbolique de champion de l’aller. Les Rouge et Noir ont réalisé jusque-là un excellent parcours avec au compteur 10 victoires, trois nuls et une seule défaite. Un parcours de futur champion, même si, comme le reconnait son coach Thierry Froger, le chemin est encore long avant de crier victoire.

N’empêche, les Usmistes impressionnent par leur régularité et leur collectif homogène sur le terrain. En plus d’être intraitables à domicile, ils ont su gérer convenablement la compétition, malgré un calendrier démentiel comme l’atteste leurs trois derniers matches de championnat disputés en l’espace de six jours. Aussi, ils ont dû composer sans leurs internationaux Oussama Chita, Abderahmane Meziane et Prince Ibara. Cela ne les a pas empêché d’aller chercher le nul à Oran et de l’emporter, ce jeudi, face à la coriace équipe du CSC, à l’issue d’un match difficile et âprement disputé au cours duquel les camarades de Yaya ont fait preuve de beaucoup d’abnégation et de détermination. Menés au score, ils ont pu renverser le cours du match en seconde période comme de grands champions. Cette saison, les absences n’ont nullement influencé sur le rendement de l’équipe. L’USMA s’appuie principalement sur un collectif efficace peu importe les changements dans le onze. Thierry Froger a réussi à créer un groupe homogène, solidaire, porté vers l’avant où chaque joueur à un rôle pré- pondérant à jouer. Le technicien usmiste a su en outre comment tirer le meilleur de tous ses éléments. Ce qui explique l’incontestable suprématie des Rouge et Noir dans le championnat pour le moment. Avec un match en moins à disputer à Bologhine face à l’ESS, l’USMA peut encore consolider son fauteuil de leader avant la trêve. Une trêve qui arrivera à point nommé pour recharger les batteries et surtout renforcer le groupe par de nouveaux joueurs qui peuvent apporter un plus, notamment dans l’axe de la défense, où l’équipe est quelque peu décharnée .Cela dit, la phase retour sera plus compliquée, car les Usmistes savent qu’ils seront attendus partout. Ils ont eu un aperçu, jeudi, contre le CSC qui leur a donné du fil à retordre. Malgré la défaite, les Constantinois ont probablement réalisé l’un de leurs meilleurs matches de la saison, notamment, en première période. Tous les adversaires vont désormais essayer de faire tomber le leader qui reste sur une impressionnante série de matches sans défaite. Contrairement à la saison écoulée, Chafai et ses camardes ont fait le plein à domicile cette année. C’est ce qui fait la différence par rapport à leur parcours lors de l’exercice écoulé. Une efficacité retrouvée grâce, il faut le dire, au travail accompli par le staff technique. L’empreinte de Froger est évidente, ce qui s’est traduit sur le terrain par une aisance et une constance à toute épreuve. Les Usmistes se créent énormément d’occasions à domicile et parviennent à en concrétiser pas mal. Leur force aussi, cette saison, est cette faculté à réagir face à l’adversité. Ce que l’on ne leur connaissait pas par le passé. Toutefois, tout n’est pas parfait pour autant. Froger en est conscient. «On n’est pas au top dans notre jeu, il faut s’améliorer davantage. Dès qu’on baisse d’intensité et de régime, on a des difficultés», reconnait-il. L’entraîneur usmiste veut que son équipe «installe son propre jeu à l’extérieur comme à domicile». Ce qui n’est pas encore le cas. A présent, l’USMA, qui n’aura pas de répit, pense déjà à son prochain match en Coupe arabe face aux Soudanais d’El Merrikh, prévu ce mardi à 17h30. L’équipe s’envolera dès aujourd’hui vers le Soudan sans ses internationaux. Mais cela, l’USMA en a l’habitude.

Ali Nezlioui