3e Ericsson Day: Développer les réseaux du futur en Algérie

0
56
Photo Fatah Guidoum@L'Echo d'Algérie

Ericsson Algérie a organisé, hier, la 3ème édition d’Ericsson Day, un événement incontournable qui réunit chaque année ses principaux partenaires en Algérie,
venus découvrir les dernières innovations technologiques mises au point par le groupe mais aussi s’enquérir de la tendance du marché mondial ainsi que des opportunités qu’offrent les technologies digitales, Cloud et l’IoT.

 

Photo Fatah Guidoum@L’Echo d’Algérie

Placée sous le thème «Les défis liés aux réseaux du futur», cette nouvelle édition s’est adressée aux partenaires, influenceurs et acteurs du secteur des nouvelles technologies de l’information, qui ont été invités à débattre des enjeux liés à l’adoption de l’ultra haut débit adossé à la vitalisation des réseaux avec pour objectif la dynamisation de l’écosystème qui entoure l’économie dans son ensemble.

Dans son intervention en ouverture de la séance plénière, le Directeur général d’Ericsson Algérie, Yacine Zerouki, a rappelé la fierté du groupe d’être un partenaire technologique historique qui poursuivra son accompagnement de l’Algérie dans ses futurs challenges par les meilleurs services et savoirfaire.

Il est revenu sur cette nouvelle cession rappelant qu’elle est dédiée à la présentation de nouvelles solutions et technologies mises au point par le groupe pour accompagner les acteurs des TIC en Algérie au même titre que tous les autres partenaires dans les 180 pays ou Ericsson est présent. Estimant que «le monde actuel de la virtualisation et de la robotisation se développe à une vitesse qui ne laisse plus de place à l’attente, le facteur temps a gagné une valeur inestimable.Aussi, il est devenu impératif d’optimiser l’utilisation. Sur la base de ce principe, nous œuvrons à permettre aux opérateurs des TIC de prospérer dans un contexte économique devenu rapide, agile et digital en facilitant l’automatisation de leur opé- rations pour répondre aux exigences pointues de leurs besoins via des réseaux ultra performants».

Pour le DG d’Ericsson, «dans ce monde hyperconnecté, la demande en protocole de communication, de plus en plus efficace et compétitif, est ainsi incontournable, le but étant de faciliter le trafic data, d’améliorer la sécurité des utilisateurs, d’accompagner les étudiants dans leur apprentissage, de permettre à la médecine et aux services d’aide aux citoyens d’être encore plus efficaces avec l’arrivée imminente de la 5g».

Notant que «la donne va changer et générer de nouveaux défis qu’Ericsson s’engage à relever, fidèle a un engagement manifesté dès les premières années dans le secteur des télécommunications en Algérie».

Par ailleurs, Yacine Zerouki a estimé «qu’en Algérie, Ericsson a été témoin de la transformation du marché où les habitudes des utilisateurs ont muté d’un modèle de consommation classique à un style moderne et exigeant, l’accélération s’est produite dès le déploiement du premier réseau GSM en 1998, suivi par l’avènement de la 3G puis de la 4G, et enfin, dans un avenir proche, de la 5G».

«Ces débits, toujours plus haut appellent à des services de qualité supérieure dans un marché à très fort potentiel comme celui de l’Algérie. Aussi, il est capital pour Ericsson de parfaire ses prestations car bien plus qu’une devise, prioriser les intérêts du client sont est primordial», a-t-il ajouté.

A l’occasion de cette rencontre, le même responsable a tenu à préciser «qu’en Algérie, il se matérialisera par l’émergence d’opportunité économique, levier de croissance, tant dans l’industrie, les transports, le commerce ou la santé, l’enjeu d’arrimage à la société numérisée passe, notamment par la digitalisation qui se traduit en pratique par la simplification et l’accélération des process internes des entreprises. D’autre part, la clé de voûte de cet ensemble demeure là compétences humaine, elle est au centre de notre straté- gie au regard des montants importants investis, car, pour nous, disposer des dernières technologies ne sert à rien sans la force novatrice des jeunes talents dotés de capacités d’apprentissage et d’innovation, parfois hors normes et qui sont légion en Algérie. Ainsi, c’est par le transfert du savoir-faire suédois, reproduit de fait en Algérie, que nous les soutenons et les encadrons au service du marché local dans les domaines où il est urgent de progrésser. Ils sont à même d’apporter des réponses efficaces et pragmatiques comme la réalité augmentée l’IoT, la virtualisation des réseaux à un marché dynamique guidé par la connectivité», a-t-il conclu.

Pour rappel, Ericsson a procédé en 2017, à une relocalisation stratégique sur ces 4 métiers à savoir, réseaux network radio, digital services, manager services et les nouveaux business IoT, en lançant avec succès sa nouvelle gamme de radio ERS. L’entreprise a également finalisé un programme de réduction de coûts d’un montant d’un milliard d’euros, cédé quelques activités, comme celui de la fibre optique, et s’est recentré sur le cœur de métier de l’entreprise, à savoir le mobile. Simplifier et consolider le portefeuille produit et renforcer les investissements, notamment dans le domaine de la 5G, ont permis le recrutement, de plus de 3000 nouveaux ingénieurs.

Ericsson a enregistré au 3eme trimestre 2018 une augmentation du chiffre d’affaires d’année en année et ensuite une marge brute de 37% contre 28,5% durant le même trimestre de l’année dernière.

Ericsson Algérie compte 180 employés directs et 200 consultants et experts. La moyenne d’âge est de 33 ans, et concerne plus de 7 nationalités dont 97 Algériens, et assure une prise en charge d’étudiants et des instituts spécialisés dans les TIC. Ericsson est présent en Algérie depuis plus de 40 ans.

Abordant le volet stratégique du groupe au niveau local, Yacine Zerouki a estimé ainsi que ses ambitions allaient de la mise en place de solutions favorisant la meilleure expérience possible de l’utilisateur final, au coaching de nouveaux talents. Ces derniers apporteront, grâce à leur potentiel novateur, leur capacité à apprivoiser le rythme de la digitalisation ainsi, à travers l’automatisation des réponses fiables aux problématiques de la société connectée de demain.