5 ème session du dialogue algero-américain / Messahel : « les relations algéro-américaines sont exceptionnelles »

0
1142

Le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel s’est félicité jeudi à Alger de la qualité des relations « exceptionnelles » qui lient l’Algérie aux Etats-Unis d’Amérique, dont le dialogue sur les questions sécuritaires et la lutte antiterroriste est une « illustration » de la qualité de ces relations. « Je tiens tout d’abord à me féliciter de la qualité des relations exceptionnelles qui unissent nos deux pays, dont ce dialogue est une illustration en ce qu’il nous permet de développer et d’approfondir la concertation et la coopération sur une liste de thèmes en constante progression », a déclaré M. Messahel lors la 5ème session de ce dialogue qu’il a coprésidée avec le Secrétaire d’Etat américain adjoint, John Sullivan. Il a, à cette occasion, réitéré toute l’importance qu’attache l’Algérie à la « poursuite et au renforcement » de ce dialogue qui a « permis de mieux apprécier nos préoccupations respectives sur les questions d’intérêt commun abordées dans ce cadre et de générer des dynamiques de coopération mutuellement bénéfiques entre certaines de nos institutions ». « Autre maillon important de notre coopération, le dialogue militaire dont la huitième session s’est tenue à Alger au mois de février dernier, et qui a permis aux responsables de ce secteur de mesurer les progrès enregistrés dans la voie de la coopération bilatérale et de tracer les perspectives pour leur renforcement », a noté Messahel. Le chef de la diplomatie algérienne a, à cet égard, réaffirmé la volonté de l’Algérie « de développer ces relations et de les élargir à de nouveaux domaines d’intérêt commun dans un esprit de partenariat, de respect mutuel et d’amitié », citant en particulier, le secteur économique. Revenant sur cette nouvelle session du dialogue sécuritaire entre les deux pays, le ministre a relevé qu’elle « se tient dans un contexte régional marqué par d’importants défis porteurs de menaces pour la paix et la sécurité régionales et internationales « . Parmi ces défis, Messahel a cité les phénomènes de radicalisation et d’extrémisme violent ainsi que la menace terroriste « qui s’étendent en dépit de la mobilisation internationale pour les combattre et les contenir », notant que le terrorisme « continue de causer des pertes de vies dans de nombreux pays, notamment dans la bande sahélo-saharienne, mais également dans d’autres régions épargnées jusque-là ». « Le retour des combattants terroristes étrangers représente aussi une grave menace pour les pays d’origine mais aussi pour beaucoup d’autres pays, en particulier ceux souffrant de la faiblesse et de la rareté des moyens pour les combattre », a-t-il dit, précisant que la densification de la relation entre les groupes terroristes et le crime organisé transnational, « met à la disposition des uns et des autres des moyens financiers considérables ». Evoquant la migration illégale, le ministre a indiqué qu’elle « s’impose de plus en plus comme une menace sérieuse dans de nombreuses régions du monde », ajoutant que « c’est une menace qui préoccupe fortement l’Algérie, devenue un pays d’accueil ». Messahel a affirmé que cette nouvelle session du dialogue algéro-américain sera l’occasion de passer en revue « l’évolution récente » des situations conflictuelles notamment en Libye, au Mali, au Sahel et dans la région, avec l’objectif de conjuguer les efforts de l’Algérie et des Etats-Unis « en faveur de la promotion de solutions pacifiques conformes au Droit international et dans le respect de la souveraineté, de l’indépendance, de l’intégrité territoriale et de l’unité de ces pays en insistant sur la non-ingérence dans leurs affaires intérieures ». Abordant la lutte contre le financement du terrorisme, le ministre a noté qu’il s’agit d’une autre question « urgente » qui interpelle l’ensemble de la communauté internationale Par ailleurs, Messahel a indiqué que l’Algérie, croit fermement aux valeurs du vivre-ensemble en paix au sein des sociétés et entre les Nations », ajoutant que cette politique a été initiée, conduite et menée par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika

 «Fiers de coopérer avec l’Algérie»

Pour sa part, le responsable américain a indiqué que cette réunion constitue une opportunité pour aborder les différents défis qui interpellent les deux pays, dont celui de la lutte contre le terrorisme, précisant que le volet sécuritaire constitue un des axes importants de la coopération bilatérale. « Les Etats-Unis sont fiers de coopérer avec l’Algérie pour faire face à la menace terroriste et approuvent sa disponibilité à partager son expérience acquise en matière de lutte contre le fléau du terrorisme avec d’autres pays », a-t-il dit, ajoutant que son pays était également reconnaissant envers l’Algérie « pour son leadership dans la restauration de la paix et de la sécurité dans la région, particulièrement en Libye et au Mali et pour ses efforts au niveau du Forum global de lutte contre le Terrorisme (GCTF) ». Par ailleurs, Sullivan a relevé que la coopération algéro-américaine ne se limite pas au volet sécuritaire, exprimant, dans ce contexte, le souhait de son pays d’élargir la coopération économique avec l’Algérie à d’autres secteurs, à travers, notamment, l’intensification des investissements et des relations commerciales entre les deux pays.