56e anniversaire de la création de la police : Hommage au premier DG de la  Sûreté nationale, le défunt moudjahid M’hamed Yousfi

0
801

 La Direction générale de la Sûreté nationale  (DGSN) a rendu hommage, mardi à Alger, à la famille du 1e Directeur général  (DG) de ce corps, le défunt moudjahid M’hamed Yousfi qui a occupé ce poste,  de janvier à octobre 1963, avant sa nomination, la même année, comme  premier ambassadeur d’Algérie en Suisse. 

  Organisé par l’Association « Machaâl Echahid » dans le cadre de la  célébration du 56e anniversaire de la création de la police algérienne,  l’hommage a été marqué par la présence de personnalités historiques,  d’enseignants et d’étudiants de police et a vu, également, une présentation  d’une biographie sur sa vie de lutte, politique et diplomatique, par  Mohamed Lahcene Zeghidi, enseignant d’histoire à l’Université d’Alger.   M. Zeghidi a précisé que l’ancien moudjahid Yousfi, décédé en Suisse le 7  novembre 1994, n’était pas seulement l’un des piliers de la lutte de  libération nationale, mais était également la base-arrière de la Révolution  algérienne à Madrid (Espagne). Le défunt est également considéré parmi les personnalités nationales  importantes ayant contribué à l’organisation du corps de la police au  lendemain de l’indépendance, d’autant qu’il a été chargé, en 1963, de la  mission d’organiser, d’encadrer et de poser les fondements de ce corps, a  ajouté le même intervenant.    Par ailleurs, le contrôleur de police et directeur central, Chawki  Abdelkrim, a donné un aperçu historique sur la police algérienne, relevant  qu’une bataille de recrutement a été menée, après l’indépendance, parmi les  rangs des moudjahidine et de la jeunesse algérienne qui ont fait l’objet de  sessions de formation rapide, en focalisant sur le côté physique et  l’utilisation des armes pour être et été répartis, ensuite, à travers les  différents commissariats de police à travers le pays, constituant, ainsi,  a-t-il dit, le premier noyau de la police algérienne.      Outre ses missions sécuritaires au niveau national, la police algérienne  contribue d’une façon effective et continue aux différentes instances et  organisations internationales et régionales, à l’instar d’Interpol et  Afripol, a précisé le même responsable, rappelant que l’Algérie avait  occupé, en 2017, la 7è place au classement des pays les plus sûres au  monde, élaboré par l’Institut américain « Galop ».

Houda H