58e anniversaire de l’indépendance du pays: Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière El Alia

0
94
Algerie: 05.07.2020 Le cortège funèbre des cercueils portant les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire à la colonisation française, est arrivé dimanche en milieu de matinée au cimetière d’El-Alia pour leur mise en terre au Carré des martyrs. Photo Fatah Guidoum@

Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire, rapatriés vendredi à Alger à bord d’un avion militaire des Forces armées en provenance de France, ont été inhumés, hier en fin de matinée, au Carré des martyrs du cimetière El Alia.

L’enterrement s’est déroulé en présence du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, de hauts responsables de l’Etat et de l’Armée, et des membres du gouvernement.  Lors d’une oraison funèbre, le ministre des Moudjahidine et des Ayants droit, Tayeb Zitouni, a rendu un vibrant hommage au combat libérateur de ces premiers résistants à la colonisation française dont les restes, des crânes pour la plupart, ont été séquestrés plus d’un siècle et demi dans un musée parisien. Le ministre des Moudjahidine s’est félicité à l’occasion de l’aboutissement d’un long processus de rapatriement de ces valeureux résistants à la soldatesque française durant le XIXe siècle

Ultime hommage du président Tebboune au Palais de la culture

Auparavant, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a rendu, hier matin au Palais de la Culture à Alger, un ultime hommage aux 24 résistants à la colonisation française, dont les crânes ont été rapatriés vendredi de France. Dans une ambiance empreinte de solennité et d’émotions, le président Tebboune a, à l’occasion, récité la sourate de la Fatiha du Coran, à la mémoire des défunts chouhadas. M. Tebboune s’était recueilli également, au sanctuaire des Martyrs (Alger), à la mémoire des martyrs de la glorieuse guerre de Libération nationale, et ce, à l’occasion de la célébration du 58e anniversaire de l’indépendance du pays. Après avoir salué un détachement de la Garde républicaine qui lui a rendu les honneurs, le président Tebboune, qui était accompagné de hauts responsables de l’Etat et de l’Armée, a déposé une gerbe de fleurs devant la stèle commémorative et récité la Fatiha à la mémoire des martyrs de la guerre de Libération nationale.

L’Elysée commente la restitution des crânes de martyrs algériens

La présidence française a qualifié vendredi la restitution des crânes de résistants algériens après des années de discussions d’un «geste qui s’inscrit dans une démarche d’amitié et de lucidité sur toutes les blessures de notre histoire». «Ce geste s’inscrit dans une démarche d’amitié et de lucidité sur toutes les blessures de notre histoire», a rapporté l’AFP citant l’Elysée. «C’est le sens du travail que le président de la République (Emmanuel Macron) a engagé avec l’Algérie et qui sera poursuivi, dans le respect de tous, pour la réconciliation des mémoires des peuples français et algérien», a ajouté la même source. C’est le premier commentaire des autorités françaises après le rapatriement des crânes de 24 résistants algériens entreposés depuis 170 ans au Musée de l’homme à Paris. Selon le ministère des Moudjahidine, l’Algérie avait engagé des négociations, il y a 4 ans, pour la récupération des restes mortuaires des héros algériens, mais l’opération n’avait pas abouti, car la France n’avait pas coopéré en avançant comme prétexte l’existence d’obstacles juridiques.

L’ambassadeur US présente ses vœux aux Algériens, glorifie les héros d’hier

Dans une vidéo postée, dimanche, l’ambassadeur des Etats-Unis en Algérie John P. Desrocher a présenté ses vœux au peuple algérien, à l’occasion de la célébration du 58e anniversaire de son indépendance. Desrocher pointe une journée du 5 juillet qui «nous fait penser, chaque année, aux héros de la guerre qui se sont battus au nom de la liberté du peuple algérien» dira-t-il, ajoutant que «c’est grâce à leurs sacrifices que l’Algérie jouit de son indépendance et qu’est devenue un symbole de liberté pour d’autres pays qui luttent pour la même cause». La diplomate américain n’a pas manqué, par ailleurs, de rappeler que tout comme l’Algérie, «les Etat-Unis d’Amérique ont également combattu pour l’obtention de indépendance», estimant que les deux pays ont mené «le même combat pour une seule est unique cause». Et de mettre en avant le fait historique qui unit les deux pays, invoquant le discours du président américain John F.Kennedy en 1962 et qui croyait «en la cause algérienne et la soutenait», a-t- il rappelé.