Symposium sur l’hypertension artérielle: Sanofi présente son nouveau médicament

0
3702

Sanofi, leader du marché pharmaceutique en Algérie vient de lancer la production d’Aprovasc, destiné aux malades atteints d’hypertension artérielle. Plus 500 médecins spécialistes ont participé, ce vendredi au symposium sur l’hypertension artérielle organisé par Sanofi. Dans son intervention le professeur Djamel Eddine Nibouche chef de service de cardiologie à l’hôpital Nafissa Hamoud explique que la prévalence de la tension artérielle au sein de la population devient de plus en plus inquiétante au regard des chiffres communiqués par le ministère de la Santé, censée être une maladie touchant les plus de 50 ans, elle sévit de plus en plus chez les plus jeunes, particulièrement chez les 30-50 ans. Phénomène inédit, des médecins évoquent même des cas d’enfants hypertendus. Il affirme en outre, que plusieurs facteurs sont mis en cause dont le mode de vie, notamment les mauvaises habitudes alimentaires. L’hypertension artérielle est devenue la première cause d’hospitalisation en Algérie. Une maladie qui attaque le cœur (causant des morts subites), le cerveau (elle est la première cause des AVC – Accident vasculaire cérébral – et les reins (insuffisance rénale). Face à cette situation, les laboratoires Sanofi qui œuvrent depuis des années avec les autorités algériennes afin de fournir des médicaments adaptés aux besoins du marché local, notamment dans le domaine des maladies cardiovasculaires introduit son nouveau médicament Aprovasc. Il s’agit d’un produit issu de la recherche Sanofi, indiqué dans le traitement de l’hypertension artérielle, qui vient renforcer sa gamme d’antihypertenseurs commercialisés en Algérie depuis 15 ans. Fabriqué localement à l’usine d’Oued Smar et remboursé par la sécurité sociale. Ce médicament est disponible avec ses trois dosages à savoir : le 150/5mg, 300/5mg, et enfin le 300/10 mg. Disponible en pharmacie au prix de 1.650 DA. Ce nouveau médicament vient renforcer l’offre globale de santé en Algérie, et consolider ainsi notre offre thérapeutique dans le domaine de la lutte contre l’hypertension. Indiqué chez l’adulte dans le traitement de l’hypertension artérielle insuffisamment contrôlée par l’irbésartan ou l’amlodipine en monothérapie, a déclaré Amel Makhloufi directrice des opérations, chez Sanofi Algérie. Cette dernière explique que ce nouveau médicament est déjà fabriqué et recommandé par les médecins dans 30 pays. Elle explique en outre que cette production locale vise également à permettre au plus grand nombre de patients d’avoir accès à ce médicament. Le communiqué relève que le passage à la production locale de ce médicament constitue la consécration de la politique du groupe en matière de transfert de compétences et de savoir-faire dans le domaine de l’industrie pharmaceutique. Elle a précisé également que « près de 50% des médicaments mis à disposition du patient algérien sont produits localement dans l’une de nos usines ».