9es journées théâtrales maghrébines «le Palmier d’Or» – Adrar: Un espace d’échange d’expériences entre professionnels nationaux et étrangers

0
185

La 9e édition des journées théâtrales maghrébines «Palmier d’Or», qui a débuté, ce dimanche, à la Maison de la culture d’Adrar, avec la participation de troupes issues de différentes régions du pays et de pays maghrébins.

Mise sur pied par l’Association culturelle des arts dramatiques d’Adrar, avec le concours de la Direction de la culture de la wilaya, cette manifestation culturelle, rendant hommage à titre posthume au défunt dramaturge Feth-Ennour Benbrahim, vise à sélectionner les meilleures œuvres artistiques théâtrales, promouvoir le 4e art notamment chez les amateurs, et de créer un espace d’échange d’expériences entre professionnels nationaux et étrangers, a indiqué le président de l’association organisatrice, Haddadi Djelloul. Le programme de cette manifestation de trois jours (11-13 février) prévoit des représentations théâtrales animées par des troupes locales, nationales et maghrébines (Tunisie et Maroc), des expositions sur le parcours de l’association, des ateliers de formation dans le théâtre, ainsi qu’un séminaire sur la presse culturelle et la critique théâtrale. Des conférences seront aussi animées sur le parcours théâtral du défunt dramaturge Feth-Ennour Benbrahim, ainsi que sur «le théâtre mondial, le russe comme modèle», «le texte théâtral entre exploitation du patrimoine et adaptation» et «la problématique de la critique théâtrale algérienne». Le coup d’envoi de cette édition est marqué par la présentation de deux pièces théâtrales, Mazbalet El Horrouf (poubelle des lettres) de la troupe «Mountada Enfass» (Maroc) et Halet Hobb (cas d’amour) de la troupe Oussoud El Khachaba (wilaya d’Adrar). Ce rendez-vous culturel, qui sera une occasion d’évaluer les œuvres théâtrales par un jury et des critiques, permettra au public, amateurs de la planche notamment, d’apprécier des spectacles et la prestation de jeunes dramaturges talentueux. Le défunt Feth-Ennour Benbrahim (1964-2017) est l’une des figures ayant consacré sa vie à la promotion du théâtre algérien et ce, dès ses débuts dans les années 1980 à l’université d’Oran où il suivait des études en droit. Membre de l’Union nationale de la jeunesse algérienne (UNJA), il a rejoint le théâtre amateur à Mostaganem avant de se former à l’Ecole nationale des arts dramatiques à Alger, a signalé le commissaire du festival national du théâtre-amateur de Mostaganem, Mohamed Boudane. Il rejoint en 2004 le théâtre national (TNA), aux côtés du défunt Mohamed Benguettaf, en tant conseiller et chargé de la communication, de l’information et des activités culturelles. Benbrahim fut également membrefondateur du théâtre du Sud et du club Sada El Aklem au théâtre national, du Festival national du théâtre professionnel et du Festival international du théâtre à Alger, en plus de sa contribution à l’institution du prix Kaki d’Or du meilleur texte théâtral (Mostaganem). Le programme de cette manifestation prévoit, en marge des représentations théâtrales, une exposition de produits d’artisanat de la wilaya d’Adrar.