A cause du choléra, les Algériens changent leurs habitudes!

0
1058

L’épidémie du choléra sème la panique dans l’ensemble du territoire national, particulièrement à Blida, Tipasa, Bouira et Alger… La peur s’est emparée des habitants de la wilaya de Bouira après la confirmation de la contamination d’une famille atteinte de l’épidémie de choléra, dont deux personnes la semaine dernière. En réaction, les habitants de cette wilaya ont préconisé d’éviter la consommation des eaux de robinet.

Santé: 1er cas de choléra apparu à Bouira

La population de Bouira retient son souffle dans l’attente de l’annonce par l’Institut Pasteur des résultats des échantillons analysés, et ce parallèlement au transfert de quatre (04) membres de la famille contaminée de l’hôpital de Aïn Bessam (Bouira) vers l’hôpital El Kettar à Alger. La déclaration du directeur central de la prévention au ministère de la Santé, Djamel Fourar a ainsi mis fin au suspense, affirmant le décès d’une personne à Blida et la contamination de 41 autres. Le même responsable a affirmé que six cas ont été confirmés à Bouira où le premier cas est apparu.

Appel au boycott des eaux de robinet

Face à cette pandémie dont l’origine n’est pas connue, des internautes ont envahi les réseaux sociaux (facebook) en appelant au boycott des eaux de robinet, présentées comme la principale cause. Bien que la cause ne soit pas confirmée, la population de Bouira a recouru à la consommation des eaux minérales au point où une pénurie a été constatée vendredi matin. Se voulant rassurants, l’Algérienne des eaux (ADE) et l’Association de la protection du consommateur ont affirmé que les eaux de robinet son traitées régulièrement par chloration.

Neuf cas confirmés

Une personne atteinte du choléra à Tipasa a quitté jeudi l’hôpital des maladies infectieuses de Boufarik (Blida), tandis que neuf autres sont placées sous surveillance médicale. Le directeur de Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière de la wilaya de wilaya de Tipasa, Dr Amrani a affirmé que la première personne contaminée par le choléra avait quitté l’hôpital de Boufarik, alors que 18 autres membres de la famille de ce dernier avaient été examinés. Dr Amrani a fait savoir également que ses services ont cerné l’épidémie au niveau de la commune d’Ahmar El Aïn  où les premiers cas sont apparus, ajoutant que trente (30) personnes suspectées d’avoir eu des contacts avec des personnes contaminées ont été transférés vers  l’hôpital de Boufarik pour être examinées. Par ailleurs, il a affirmé que les eaux potables ne sont pas à l’origine de cette pandémie, assurant que la situation est bel et bien maîtrisée.

Moussa O