Abdelkader Ouali ordonne une enquête sur la confection des sacs en plastique

0
769

Le ministre des Ressources en eau et de l’Environnement, Abdelkader Ouali a annoncé ce lundi à Blida l’ouverture prochaine d’une enquête sur la confection des sacs en plastique et leur conformité aux normes internationales. «Le ministère compte bientôt ouvrir une enquête pour déterminer le niveau de conformité de certaines usines de confection de sacs en plastique aux normes internationales en vigueur», a indiqué le ministre dans une déclaration à la presse, en marge de l’ouverture d’un colloque national sur le «Partenariat pour l’environnement». Ouali a fait part, dans ce sens, de la constitution programmée de «commissions de wilaya qui auront la charge de contrôler le travail de ce type d’usines et de faire le constat de leur respect des lois réglementant cette activité». Il a tenu à souligner que les «personnes qui confectionnent ce type de plastique sont connues et sont en conformité avec les normes en vigueur», mais «il existe d’autres producteurs non connus qui ne respectent pas ces règles», a-t-il précisé. Le ministre a, en outre, expliqué que les sacs en plastique produits, selon les normes en vigueur ont une «durée de vie limitée», à l’opposé de ceux dont la confection n’est pas respectueuse des règles, «dont la décomposition n’intervient qu’ après une centaine d’années, au moins», constituant ainsi un «véritable danger pour l’environnement», selon lui. Abordant les premiers résultats d’une opération initiée par son département ministérielle pour recenser les risques que constituent certaines usines sur l’environnement, il a indiqué que «80% des usines exerçant à Alger exploitent les techniques recommandées en matière d’épuration des eaux usées, avant de les rejeter», qualifiant ce taux de «positif». Il a observé que les «20% des usines restantes rejettent directement leurs eaux usées dans les cours d’eau et les plages, constituant ainsi un danger pour la santé publique et l’environnement». Ouali a fait part, au titre des actions visant à mettre un terme à ces dépassements, de l’organisation de rencontres avec les représentants de ces usines ayant abouti à la prise de décisions dont, a-t-il rappelé, «infliger une amende à toute usine polluant l’environnement». «Il ne sera permis à aucun investissement d’être concrétisé sur le terrain, s’il constitue un danger pour l’environnement», a-t-il prévenu, menaçant qu’il sera «mis fin à tout dépassement en la matière par la force de la loi».