Accidents de la circulation: Une baisse constante des sinitres, mais la facture humaine reste toujours importante

0
76

Le nombre des accidents de la circulation enregistrés est en baisse constante, selon le directeur général du Centre de prévention de la sécurité routière, Ahmed Naït El Hocine, a souligné, hier, lors de son passage à la Radio nationale, et qu’«au cours des sept derniers mois, nous avons enregistré 14 904 accidents, comparativement avec la même période de 2016, c’est une baisse de 14%». Il a précisé que durant la même période, le nombre de décès a également connu une baisse. Un infléchissement de 13,19% du nombre des décédés, soit 317 personnes «qui ont échappé à la mort sur les routes», a ajouté le même responsable indiquant qu’une diminution de 18% a touché le nombre des blessés. L’interlocuteur qualifie ces résultats de «très encourageants», dus aux efforts «considérables» menés, «notamment, dans le domaine de la prévention et la sensibilisation». D’autre part, il a jugé que ces résultats ne sont pas «satisfaisants» vu «la facture humaine qui reste importante». S’agissant de l’implication des jeunes conducteurs estimé à 35% et des détenteurs d’un permis de moins de 5 années à 50%, dans les accidents de la circulation, l’intervenant a insisté sur le rôle de la formation et la sensibilisation.

Lancement du dispositif de régulation du trafic routier à Alger décembre prochain

Au sujet de la congestion du trafic au niveau de la capitale, Naït El Hocine, a expliqué ce fléau par la forte centralisation des administrations, des hôpitaux et des universités dans la capitale. «Alger, constitue le point de chute pour l’ensemble des citoyens des autres wilayas», a-t-il souligné, en précisant que le parc automobile d’Alger «compte environ 1,5 million de véhicules», quant à la population flottante d’Alger, elle avoisine un million de citoyens, selon le même responsable. Afin d’absorber cette tension, Naït El Hocine a indiqué que le dispositif algéro-espagnol de régulation du trafic routier annoncé il y a quelques mois, et qui sera sera lancé à partir du mois de décembre prochain. «Il concernera dans une première étape 200 carrefours pour ensuite, être généralisé sur les 500 carrefours que compte la capitale», a-t-il expliqué. Néanmoins, Naït El Hocine n’a pas donné une date pré- cise du lancement effectif de ce projet en raison des problèmes «techniques» dont fait face l’équipe chargée de sa réalisation. «On rencontre dans le cadre du déploiement, certaines difficultés pour la mise en place et pour la connexion de la fibre optique. On ne peut avancer actuellement une date précise», a-til fait savoir. Pour rappel, ce projet d’une valeur de 15 milliards de dinars algériens sera réalisé par la société algéro-espagnole «Mobilité et éclairage d’Alger» en vertu d’une convention signé en juillet 2016 entre l’Entreprise de gestion de la circulation et du transport urbain (EGCTU) et l’Etablissement de réalisation et de maintenance de l’éclairage public d’Alger (ERMA) du côté algérien et deux sociétés espagnoles spécialisées dans les systèmes de gestion du trafic routier.