Accord de Paris: Un document «agréé» sans être signé

0
77

Fayez Sarraj, le chef du gouvernement libyen, et son rival le maréchal Haftar se sont retrouvés, ce mardi, en France, sous l’égide d’Emmanuel Macron.

Un premier pas vers l’apaisement ? Les deux principaux rivaux dans la crise libyenne, le chef du gouvernement de Tripoli Fayez Al Sarraj et l’homme fort de l’Est, Khalifa Haftar, devaient s’engager et s’entendre sur un cessez-lefeu et à l’organisation d’élections dès que possible, selon un projet de déclaration diffusé, mardi, par la présidence française. Le Premier ministre Sarraj et le maréchal Haftar ont «agréé» sans le signer un texte évoquant un «cessez-lefeu» et la tenue d’élections au printemps 2018. Il y a l’image : le chef du gouvernement «d’union nationale», Fayez Al Sarraj, et l’homme fort de l’Est, le maréchal Khalifa Haftar, entourant le Président Emmanuel Macron sous les regards du nouvel émissaire des Nations unies (ONU) pour la Libye, Ghassam Salamé, et du ministre des Affaires étrangères, JeanYves Le Drian. Et surtout il y a les mots. Pour la première fois, les deux grands rivaux, qui se disputent le contrôle de la Libye et qui s’étaient déjà rencontrés, sans résultat, début mai, à Abou Dhabi (Emirats arabes unis), se sont engagés, mardi 25 juillet, à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines), sur une déclaration commune en dix points évoquant notamment «un cessez-le-feu» et la tenue d’élections législatives et présidentielles au printemps 2018. «La solution de la crise libyenne ne peut être que politique et passe par un processus de réconciliation nationale associant tous les Libyens», affirme ce texte. C’est un incontestable succès diplomatique, même s’il est encore trop tôt pour en mesurer la portée effective.

Ligne «pragmatique»

Pour le président français «C’est une feuille de route pour une réconciliation nationale», s’est félicité Macron, soulignant que les deux protagonistes ont «la légitimité et la capacité de réunir autour d’eux» et d’influencer la myriade de groupes et de factions agissant dans une Libye en plein chaos. Macron s’est engagé à fond sur ce dossier, qu’il avait lui-même défini comme prioritaire dès son arrivée à l’Elysée, en rappelant ses implications sécuritaires pour le Sahel, mais aussi pour l’Europe. Très actif, au moins en termes d’affichage, sur la scène diplomatique, le président français s’est lancé pour la première fois dans une action de médiation à chaud, donc risquée compte tenu des nombreux paramètres de l’équation libyenne. Premier dirigeant occidental à recevoir le maréchal Haftar, un ancien proche de Khadafi entré en dissidence et soutenu par l’Egypte, les Emirats arabes unis et la Russie, il endosse pleinement la ligne «pragmatique» de son ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Alors même qu’il était titulaire de la Défense dans le quinquennat précédent, Le Drian, en opposition avec le ministère des Affaires étrangères, prônait une coopération avec Khalifa Haftar et sa pleine inclusion dans le jeu politique libyen, «au nom des réalités du terrain» et de l’efficacité de la lutte contre le terrorisme. Ces dernières semaines, le nouveau patron du Quai d’Orsay a effectué plusieurs visites dans la région pour relancer l’action de Paris sur le dossier et préparer cette rencontre grâce aux bonnes relations qu’il entretient avec les parrains régionaux du maréchal Haftar, notamment le président égyptien Al Sissi. S’il fait une concession en renonçant à la «solution militaire» qui a sa faveur, l’homme fort de l’Est libyen, qui a pris le dessus sur le terrain militaire ces derniers mois, obtient, avec cet accord de La Celle-Saint-Cloud, la légitimité diplomatique et politique qui lui manquait. La déclaration conjointe reprend pour l’essentiel les éléments affirmés depuis des années par la communauté internationale, notamment lors de l’accord interlibyen signé le 17 décembre 2015 à Skhirat (Maroc), alors refusé par le maréchal Haftar. Les deux dirigeants se sont notamment engagés «à s’abstenir de tout recours à la force armée pour ce qui ne ressort pas strictement de la lutte antiterroriste». Le texte évoque aussi, en détail, les éléments de la transition, le retour des réfugiés, l’amnistie, la reconstruction d’un appareil judiciaire, la démobilisation des milices ou l’intégration d’une partie de leurs hommes dans une armée régulière. Il précise aussi «une feuille de route pour la défense et la sécurité du territoire libyen contre les menaces et les trafics» et promet des élections en 2018. Longtemps réticent, Fayez Sarraj a fini par se rallier à ce scrutin voulu par le maréchal Haftar, qui est convaincu de l’emporter haut la main dans un pays las du chaos post révolutionnaire.

Scepticisme

Le véritable défi sera la mise en œuvre de l’accord. «Le pari se fonde sur le double postulat que le maréchal Haftar contrôle l’Est du pays, et Sarraj l’Ouest. Or, surtout pour Sarraj, ce n’est pas vrai. Ces deux hommes ne sont pas les seuls acteurs de la scène libyenne. Si cette rencontre peut être un premier pas, elle peut aussi aggraver la fragmentation du pays». Fayez Al Sarraj n’a, en effet, pas reçu de mandat de négociation de la part de ses soutiens à Tripoli et à Misrata. Quant au camp de Haftar, il est divisé sur la stratégie à suivre. L’hypothèse d’élections dans moins d’un an alors que rien n’est prêt suscite aussi un réel scepticisme. «Le risque est celui de créer un troisième Parlement et d’accroître encore les fractures», note un bon connaisseur du dossier. «C’est une étape, ce n’est pas encore la paix», reconnaît-ton à l’Elysée, où l’on veut croire néanmoins «à la dynamique créée par l’action commune d’un Sarraj, incarnant la légitimité politique, et d’un Haftar, fort de sa puissance militaire.»