Accord Opep+: Les discussions se sont poursuivies en attendant la décision finale aujourd’hui

0
138

Les pays membres de l’Organisation des pays explorateurs de pétrole (Opep), dont l’Algérie, ont poursuivi, hier,  les discussions avec leurs alliés afin d’aboutir à un consensus sur les niveaux de baisse de production au début de 2021, avant la prise de décision finale ce jeudi, et ce, dans un marché affecté toujours par la Covid-19.

Cette poursuite des discussions à distance intervient suite à la 180e réunion ministérielle de la Conférence de l’Opep, tenue lundi par vidéoconférence, et qui avait notamment examiné la possibilité de prolonger le retrait actuel du marché à savoir de 7,7 mb/j, pour une durée de trois mois supplémentaires, c’est-à-dire du 1er janvier jusqu’à la fin mars 2021. Dans ce cadre, les signataires de la Déclaration de coopération ont jugé préférable de donner plus de temps à ces consultations avant de tenir la 12e réunion ministérielle des pays Opep et Non-OPEP demain jeudi. Prévue initialement pour mardi dernier, cette réunion a été reportée pour ce 3 décembre, un report qui a été confirmé par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole en modifiant son planning officiel des réunions. Cette réunion qui regroupera les 23 pays Opep et Non-Opep signataires de la Déclaration de coopération, à leur tête la Russie sera autour d’un consensus adapté à la demande pétrolière, au marché, et à l’ensemble des pays producteurs, a indiqué,  mardi, le ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, estimant que le maintien des consultations et le report de la réunion à ce jeudi est une démonstration de la volonté de tous d’aboutir à un consensus. Le président de la Conférence de l’Opep a exprimé son optimise par rapport à l’aboutissement à un consensus. L’Algérie qui préside cette année la Conférence de l’Opep continue ses consultations et travaille dans le but de converger vers un consensus. Attar a également réaffirmé que le marché pétrolier nécessite toujours de la prudence même si sur le plan sanitaire il y a de plus en plus de bonnes nouvelles indiquant la possibilité d’allègement des confinements à travers le monde, et par conséquent une possible reprise économique à travers le monde. L’Opep et ses alliés devaient initialement commencer en janvier 2021 à assouplir l’encadrement de leur production, pour augmenter celle-ci de deux millions de barils par jour (bpj) dans un premier temps, mais la deuxième vague de la pandémie de coronavirus qui pèse sur la demande mondiale de brut, a conduit les producteurs de l’Opep à réfléchir aux mesures adéquates pour s’adapter aux données du marché pétrolier. L’accord en vigueur a été entamé en début mai dernier avec une réduction de la production pétrolière de 9,7 mb/j . Et C’est lors des réunions ministérielles de l’OPEP et Non-Opep de juin dernier qu’il a été décidé de reconduire la baisse de la production pétrolière de 9,6 mbj, prévue initialement pour mai et juin, jusqu’au 31 juillet 2020.

Cette mesure a été assouplie depuis début août dernier en passant à une réduction de 7,7 mbj qui devrait, selon les termes de l’accord, continuer jusqu’à fin décembre 2020 avant de passer à une baisse de 5,8 mb/j en début 2021.

  1. A.B.