Affaire cocaïne : Le vent des limogeages souffle encore!

0
324

Le vent de limogeages -qui a accompagné l’affaire de la cocaïne saisie au port d’Oran- ne semble pas s’estomper eu égard des noms qui continuent de tomber comme les feuilles en automne. En effet, cette affaire communément dite “Kamel El Bouchi” est apparemment loin d’être close à mesure où plusieurs secteurs et de nombreux responsables ne sont pas épargnés, notamment les deux poids lourds de la police et de la gendarmerie nationale, à savoir respectivement Abdelghani Hamel et Menad Nouba. A peine installé à la tête de la DGSN, le colonel Mustapha Lahbiri a timbré de son cachet la décision de limogeage du chef de sûreté de la wilaya d’Alger, Noureddine Berrachedi, remplacé par Mohamed Bettache et celui de la wilaya d’Oran, Salah Nouasri, remplacé quat à lui par Abdelmalek Boumesbahi. Si le communiqué n’a pas précisé les motifs du limogeage de chef de sûreté de la wilaya d’Oran, les observateurs l’ont attribué aux nouvelles secousses ayant accompagné le violent tremblement de terre qui a non seulement ébranlé l’Oranais mais aussi l’Algérois! Pour ce qui est du cas d’El Hamel, ses propos n’ont visiblement pas été du goût des décideurs qui n’y sont pas allés par quatre chemins pour le dégommer. Après le départ de Hamel du puissant appareil de la Sûreté nationale, deux autres responsables lui ont emboité le pas, en l’occurrence des chefs de sûreté des wilayas d’Alger et d’Oran. Rappelons que la wilaya d’Oran a été le théâtre de la saisie de la plus importante quantité de la cocaïne de l’histoire du pays. Du coup, les responsables en charge de la lutte contre la drogue et le crime organisé risquent d’être taxés de laxisme ou de manquement à leurs engagements ; qui impliquent une rigueur et un dévouement sans faille pour pouvoir endiguer ce phénomène. Le plus intriguant est le limogeage du P-Dg du Crédit populaire d’Algérie (CPA), Omar Boudiab. Un communiqué du ministère des Finances a dit que la décision était prise lors de l’assemblée générale de la Banque qui s’est tenue lundi. Ainsi, il a été convenu de mettre fin aux fonctions de Omar Boudiab après plus de trois ans à la tête de l’établissement bancaire. En tout cas, le communiqué du département d’Abderrahmane Raouya n’a fait aucun lien entre ce limogeage et l’affaire de la cocaïne qui continue de provoquer “l’effet domino”. Force est de souligner que cette banque accorde des crédits à moyen et à long terme aux petits et aux grands opérateurs qui se lancent dans diverses activités, entre autres l’artisanat, le tourisme, l’agriculture, le commerce, l’habitat, les travaux publics…

Moussa O