Afin d’assurer l’équilibre entre les intérêts de chaque pays: L’Algérie appelle à une réforme «profonde» du système international de propriété intellectuelle

0
89
Le Ministre des Affaires étrangères, M. Sabri Boukadoum. Ph :Fateh Guidoum / PPAgency

Le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, a appelé à une «réforme profonde» du système international de propriété intellectuelle afin d’assurer l’équilibre entre les intérêts de chaque pays.

Dans une allocution lue en son nom par sa représentante Salima Abdelhak,  lors d’une rencontre à Alger sur les enjeux de la propriété intellectuelle, Boukadoum a souligné l’importance de la propriété intellectuelle comme «levier incontournable du développement socioéconomique, dans un monde de plus en plus globalisé dans lequel l’économie du savoir devient une source de progrès et de prospérité». «Il demeure que les retombées de cette évolution positive ne sauraient profiter à tous sans une réforme profonde du système de propriété intellectuelle, tel qu’il existe aujourd’hui». Selon le ministre, ce système, dans sa formulation actuelle, échoue à prendre convenablement en charge les intérêts et préoccupations des pays en développement. «Il devra donc nécessaire d’évoluer vers un système plus inclusif, plus équitable et plus juste afin que les droits de propriété intellectuelle,  aussi bien des utilisateurs que des bénéficiaires soient davantage respectés, sauvegardés et même renfoncés», plaide-t-il. Boukadoum a souligné, par ailleurs, l’engagement de l’Algérie à poursuivre son processus de réformes en vue de mettre en conformité le système national de propriété intellectuelle avec les standards internationaux et de créer un cadre institutionnel et législatif capable d’assurer une sécurité juridique et une protection effective des droits dans ce domaine. De son coté, le représentant du ministre de la Santé, de la Population et des Réformes hospitalière, Djamel Fourar, a exprimé sa «préoccupation» quant à «la persistance des nombreux obstacles identifiés dans la stratégie mondiale et le plan d’actions pour la santé publique, l’innovation et la propriété intellectuelle». Dans ce sens, il estime que le développement d’une base de données facile d’accès, sur les brevets et les accords de licence non confidentiels concernant les produits de santé, y compris l’encouragement de l’octroi des licences volontaires, serait «très favorable pour l’amélioration de l’accès à ces produits qui pèsent lourdement sur les budgets des pays». Fourar a également rappelé la position algérienne, lors de la dernière Assemblée mondiale de la santé, invitant l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à collaborer davantage «en vue d’explorer les meilleurs façons selon lesquelles, les flexibilités de l’Accord pourraient être mise en œuvre de manière plus efficace concernant le transfert de technologie dans le domaine de la santé». Selon lui, une application rigoureuse des droits de propriété intellectuelle est fondamentale pour protéger les patients et développer une industrie pharmaceutique forte et compétitive.

A.A.