Agriculture: Les cours des céréales figés par un impact climatique 

0
41

 

 Les cours du blé et de maïs étaient peu ou  prou figés lundi en milieu de journée sur le marché Euronext, dans  l’attente d’une clarification américaine sur l’étendue des surfaces   ensemencées en maïs au printemps dernier aux Etats-Unis.

Alors que de nombreux champs du Missouri ou le long du fleuve Mississippi  sont encore sous l’eau après les inondations du Mid West au printemps dernier, le marché attend du rapport Wasde que doit publier lundi le  ministère de l’Agriculture américain (USDA) un point précis sur l’étendue des surfaces qui ont pu être semées, de manière à estimer plus finement les  volumes de récolte. De tout temps, le marché des céréales a été lié à la météo et aux aléas climatiques, qui font varier les cours dans un sens ou dans un autre pour  leur impact sur les volumes de grains qui seront récoltés. Lundi, Intercourtage relaie ainsi un communiqué du premier syndicat agricole italien Coldiretti, selon lequel le réchauffement climatique a  causé 14 milliard d’euros de dégâts à l’agriculture italienne en une décennie, avec la « multiplication d’événements climatiques extrêmes », des « périodes prolongées de sécheresse » et « de violentes intempéries qui  détruisent les récoltes ». Le syndicat estime notamment qu’un cinquième des terres agricoles italiennes est « en danger d’abandon » à cause du réchauffement. En France, Intercourtage relève par ailleurs que, malgré des  précipitations début août dans plusieurs régions de France, les sols superficiels restent encore « très secs » du Nord du Massif central à la Lorraine et fortement marqués par la sécheresse. Vers 13H00 (12H00 heure algérienne ), sur le marché à terme Euronext, la  tonne de blé perdait 25 centimes d’euro sur l’échéance de septembre, à 170,25 euros, et 50 centimes sur celle de décembre, à 175,25 euros, pour 8.987 lots échangés. A la même heure, la tonne de maïs restait inchangée à 172,75 euros pour le contrat de novembre, et abandonnait 25 centimes d’euro sur le contrat de  janvier, à 175,75 euros, pour 232 lots échangés.  

N.I