Agriculture: Maitriser la formation professionnelle pour diversifier et moderniser  l’économie nationale

0
208
ministre de l'Agriculture, du Développement  rural et de la Pêche, Cherif Omari Ph: PPAgency

Le ministre de l’Agriculture, du Développement  rural et de la Pêche, Cherif Omari a indiqué,à Alger, que la  maitrise de la formation professionnelle et l’intégration des métiers  agricoles et de la pêche dans ses spécialités est « un impératif » pour le  développement de la production nationale et l’augmentation de sa  rentabilité.

S’exprimant lors d’une conférence nationale sur le renforcement du  partenariat entre son secteur et le secteur de la Formation professionnelle  en présence du ministre du secteur, Dada Moussa Belkhir, des directeurs de  wilaya des services agricoles et de la formation professionnelle, et des  présidents des chambres d’agriculture, M. Omari a précisé que la maitrise  de la formation était « un impératif » pour développer et diversifier la  production et assurer au secteur agricole les compétences nécessaires afin  d’en augmenter la rentabilité. La formation dans le domaine agricole permet de créer davantage  d’opportunités de travail et contribue à la valorisation des capacités  humaines à travers la mise en place de mécanismes relatifs aux compétences  professionnelles, a-t-il affirmé. Il a également mis l’accent sur l’importance de renforcer la coordination  entre les secteurs de l’Agriculture et de la Formation, à même de les  développer et d’apporter une valeur ajoutée à l’économie nationale. Pour sa part, le ministre de la Formation et de l’Enseignement  professionnels, Belkheir Dada Moussa a souligné que le renforcement de la  coopérations entre les deux secteurs permettra de diversifier l’économie  nationale et de générer de la richesse grâce à la formation continue et à  l’utilisation des technologies modernes en la matière. M. Belkhir a mis en avant la nécessité de doubler d’efforts pour activer  le partenariat avec le secteur agricole dans les domaines de la forêt, la  pêche et l’aquaculture. Et pour atteindre cet objectif, ajoute le ministre, il faut coordonner la  coopération et définir les besoins du secteur agricole, en constante  évolution, notamment sur le plan technique et technologique. Dans ce contexte, M. Belkhir a annoncé qu’une commission mixte regroupant  des cadres des deux départements sera mise en place prochainement. Elle  sera renforcée  par des chercheurs et des professionnels des deux secteurs,  a-t-il ajouté. Le ministre a plaidé, par ailleurs, pour l’adaptation du cadre juridique  aux nouveaux besoins et au contexte économique actuel visant la  diversification des activités économique du pays. M. Belkhir a passé en revue les opérations effectuées aux niveaux central  et local dans le cadre du partenariat avec les secteurs de l’Agriculture et  de la Pêche, à linstar de la dernière convention signée en janvier 2016  sur la mise en service des centres spécialisés dans les métiers de  l’agriculture et de l’agroalimentaire. Ces efforts ont contribué à l’augmentation du nombre d’apprentis dans ces  deux filières, lequel est passé de 4% en 2016 à 10 % en 2019. Cette forme de partenariat constituera, selon le ministre, une occasion  pour enrichir les offres de formation et offrira aux candidats  l’opportunité d’obtenir un emploi. Le secteur de la Formation compte actuellement 1.329 établissements dont  418 centres de formation professionnelle et d’apprentissage, 11 annexes de  formation diplomante et 37 instituts nationaux spécialisés, a-t-il rappelé,  faisant état de 500 formateurs mobilisés pour l’encadrement pédagogique des  57 spécialités dispensées relatives à l’agriculture et à la pêche.  A noter que le secteur offre 28 formations qualifiantes de courte durée et  une panoplie de métiers dans la filière.

N.I