Agriculture : Plus de 252 tonnes  de l’ail exportées en 2017

0
783

L’Algérie  a exporté 252,34 tonnes  de l’ail en 2017.   La production de la filière ail a été de plus de  1,2 million de quintaux (qx) avec un rendement de 124,6 qx/hectare, indique hier,  le ministère de l’Agriculture, du développement rural et de  la pêche.

Les exportations de l’ail de consommation ont été destinées vers  l’Arabie Saoudite, Canada, Emirats Arabes Unis, Espagne, France, Koweït,  Qatar et Tunisie.  Durant la même année, l’Algérie a  exporté de la semence d’ail vers les  Emirats Arabes Unis, précise le ministère dans un communiqué. En ce qui concerne les wilayas potentielles en matière de production de l’ail, la même source cite  Mila, Batna, Biskra, El Oued, Skikda, M’sila, Médéa,Tizi Ouzou, Boumerdes, Ouargla, Guelma, Constantine et Oum El Bouaghi. Quant à la production de la filière oignon, elle s’est établie à 14,2  millions de qx en 2017 avec un rendement de 294,1 qx/ha. Les wilayas potentielles en matière de production de l’oignon sont Mascara  avec une production de 2,1 millions qx, Tiaret avec 2,06 millions qx, et  Skikda avec 1,12 million qx, détaille le communiqué. Par ailleurs, l’Assemblée générale élective des producteurs des cultures  maraîchères a élu lundi dernier  Hansali Boudjemaa comme président du  Conseil interprofessionnel des filières ail et oignon. Après son élection, M. Hansali s’est engagé à travailler avec tous les  acteurs de la filière à travers l’accompagnement des agriculteurs et la  prise en charge de leurs préoccupations. Il a indiqué que le Conseil national interprofessionnel des filières ail  et oignon est appelé à jouer un rôle moteur et constitue un espace de  communication et de concertation entre la profession et les pouvoirs  publics. Ce conseil aura pour tâche de collecter les données nécessaires à  l’élaboration d’une feuille de route devant guider l’activité des filières  ail et oignon.

Une réunion tenue pour encadrer les opérations d’exportations de produits agricoles

Le ministre de l’Agriculture, du développement  rural et de la pêche, Abdelkader Bouazghi, a présidé hier, à Alger, une  réunion des cadres de l’autorité phytosanitaire ayant traité le  renforcement des mesures de facilitation initiées par le secteur pour  encadrer les opérations d’exportations deproduits agricoles, a indique encore le ministère dans  un  communiqué. Cette réunion vient en application aux recommandations issues des Assises  nationales de l’Agriculture tenues, le 23 avril 2018, sous le Haut  patronage du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, liés aux  renforcement des mesures de facilitation initiées par le secteur afin  d’encadrer au mieux les opérations d’exportations. Elle a regroupé les cadres du ministère, les inspecteurs  phytosanitaires de toutes les wilayas, ainsi que ceux exerçant au niveau  des postes frontaliers terrestres, maritimes et aéroportuaires, a précisé  la même source.  Au menu de cette réunion la question du renforcement des mesures de  facilitation initiées par le secteur afin d’encadrer au mieux les  opérations d’exportations.  Le communiqué a rappelé, par ailleurs, que les services phytosanitaires,  qui contribuent d’une manière « substantielle » dans le développement durable  de l’agriculture jouent un rôle « important » dans le contrôle des produits  végétaux à l’exportation, en veillant à ce que les exigences  phytosanitaires des pays d’importation soient respectées, facilitant ainsi  leur entrée et contribuent par la même à leur promotion.  Ceci s’inscrit en droite ligne avec la politique du Gouvernement qui vise  à promouvoir les exportations, compte tenu des rentrées de devises qu’elles  génèrent.  Plusieurs mesures ont été  prises à ce jour, par le secteur de l’Agriculture, souligne  le ministère Elles visent à rendre l’acte d’exportation  « plus fluide », entre autres, celle du contrôle et les analyses  réglementaires des marchandises au niveau de la wilaya de production,  rendant leur passage au niveau du poste frontalier « que simple formalité ».

Selma D.