«ALMOTO 2017», du 16 au 20 mai, à Alger: Les deux roues, une alternative crédible aux automobiles

0
364

En cette conjoncture marquée par un durcissement des mesures pour l’importation des véhicules (quotas) et surtout la hausse vertigineuse des prix, que ce soit pour le marché occasionnel ou neuf, les motos peuvent constituer une excellente alternative pour beaucoup d’Algériens. D’autant plus que le tableau noir dressé ci-haut est complété par des embouteillages monstres qui empoisonnent la vie des automobilistes. C’est dans ce contexte de la «crise automobile» que l’Algérie organise le premier salon de la moto et du scooter, prévu du 16 au 20 mai, à Alger, au niveau de l’esplanade de Riadh El Feth. Une centaine de modèles seront à cet effet présentés par une dizaine de constructeurs. «ALMOTO 2017» regroupe pour cette première édition, la majorité des acteurs du secteur du cycle et du motocycle d’Algérie et a pour objectif d’être le grand rendez-vous annuel de l’activité cycle et motocycle de notre pays, a souligné, hier, le directeur d’Aldes Media, organisateur de cet événement. «Cette manifestation permettra aux professionnels du secteur d’exposer leur gamme de produits sans pour autant être liés à d’autres événements et notamment ceux de l’automobile. Tous les acteurs économiques de cette branche sont concernés dont les fabricants nationaux ainsi que les grandes marques internationales des scooters, des motos, des quads et des vélos. Il y aura également des importateurs d’équipements, d’accessoires, de lubrifiants et des services», a expliqué Mehdi Seddiki lors d’une conférence de presse organisée à cette occasion. Les organisateurs prévoient la participation de plus de 35 exposants et affirment que le Salon des 2 roues accueillera plusieurs expositions thématiques allant des motos anciennes aux machines de compétition en passant par celui des customs. En Algérie, on peut dire que le marché des deux roues se porte relativement bien si on se fie aux statistiques. Ces dernières révèlent en effet l’importation en 2016 de plus de 52.450 véhicules deux roues pour une valeur de 3,4 milliards de dinars. Un montant qui continue pour la 3e année consécutive sa tendance baissière. Concernant la production locale, ce n’est qu’en 2016 que les choses ont commencé à bouger avec le début de l’assemblage de scooters. S’ensuivra probablement l’assemblage de la moto, essentiellement des petites et moyennes cylindrées (125 à 500 cm3 ) qui seront produites localement. Le secteur est aujourd’hui dominé par deux entreprises, mais les observateurs s’attendent à l’émergence d’autres fabricants locaux. Selon Seddiki, le marché algérien des deux roues reste dominé à 85% par le segment 50 à 249 cm3 . Une catégorie dans laquelle, on retrouve notamment de motos équipées en moteurs de 110 cm3 , 125 cm3 et 150 cm3 . «Quant au reste du marché, soit 15% des motos qui circulent, ils englobent les autres catégories de véhicules deux roues», a-t-il ajouté en confiant que la Chine domine, avec 97%, les parts du marché de l’importation des motos, loin devant l’Allemagne, l’Italie, la France, le Japon, les Etats-Unis d’Amériques, l’Indonésie et autres Canada et Taïwan.