Antibiotiques: Création d’un observatoire national à la Direction générale de la pharmacie

0
70

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Pr Abderrahmane Benbouzid, a annoncé, jeudi à Alger, la création d’un observatoire national à la Direction générale de la pharmacie au ministère, qui active en collaboration avec les réseaux de contrôle des anti-microbiens.

S’exprimant lors d’une rencontre d’information organisée par le ministère à l’occasion de la Journée nationale de lutte contre la résistance aux antimicrobiens célébrée le 13 novembre de chaque année, et à laquelle a assisté le ministre délégué chargé de la Réforme hospitalière, Ismaïl Mesbah ainsi que des experts, M. Benbouzid a relevé la nécessité de lancer une réflexion sur «les références des antibiotiques au niveau des établissements hospitaliers». De même qu’il a appelé à la création d’une «commission nationale multidisciplinaire chargée d’élaborer un guide sur l’utilisation rationnelle des antibiotiques et de formuler des orientations pour la prise en charge des cas». «La résistance aux antibiotiques figure désormais parmi les plus graves menaces qui pèsent sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement», a souligné Pr Benbouzid. Relevant que l’Algérie, à l’instar des autres pays du monde, «n’est pas épargnée par ce problème de santé publique», Pr  Benbouzid a indiqué que «la célébration de cette journée est une occasion pour mettre en avant le progrès réalisé sur le terrain et honorer ceux ayant contribué à ces efforts». Pour faire face à cette menace, le ministre a réitéré l’engagement de l’Algérie à mettre en œuvre le Plan d’action national de lutte contre la résistance aux anti-microbiens à travers la célébration de cette Journée nationale, institutionnalisée depuis 2017, ainsi que de la Semaine mondiale pour un bon usage des anti-microbiens. M. Benbouzid a, par ailleurs, appelé à sensibiliser au bon usage des anti-microbiens, surtout les antibiotiques, et à renforcer les acquis en matière de prévention et de surveillance. Le ministre a, dans ce contexte, rappelé que l’Algérie «participe au Système mondial de surveillance de la résistance aux antimicrobiens à travers le Réseau algérien de surveillance de la résistance des bactéries aux antibiotiques (AARN), avec comme laboratoire de référence l’Institut Pasteur d’Algérie», soulignant la nécessité de «renforcer la surveillance et le suivi de la résistance aux antimicrobiens chez les animaux grâce au système mis en place par le ministère de l’Agriculture». M. Benbouzid a, en outre, mis en garde contre la «surconsommation» d’antibiotiques dans le contexte de la pandémie Covid-19 qui pourrait, a-t-il dit, entraîner une résistance aux anti-microbiens et accélérer la propagation du virus. Pour sa part, Dr Lylia Oubraham a évoqué, au nom du représentant de l’OMS en Algérie, la lettre de la directrice régionale de l’organisation pour la région Afrique, estimant que le Continent «est plus touché en raison de la mauvaise utilisation des antibiotiques, due à l’administration de médicaments contrefaits, en sus de l’apparition de bactéries et de nouveaux types de champignons dans la région». À cet effet, elle a cité «la campagne lancée par l’OMS en coordination le FAO visant à rationnaliser l’usage des antibiotiques, et à consentir tous les efforts nécessaires pour remédier à la résistance bactérienne aux antibiotiques, et partant garantir leurs efficacité. Le chef de laboratoire de bactériologie médicale et de surveillance de la résistance aux antibiotiques de l’Institut Pasteur, Pr Hassiba Tali Mâamar est revenu sur les réalisations accomplies dans ce domaine, l’application du programme de l’OMS et le renforcement des connaissances sur la surveillance et la recherche contenues dans ce programme de lutte contre la résistance bactérienne aux antibiotiques chez l’homme et l’animal.

Moussa O. / Ag.