APN : Des députés organisent un rassemblement de protestation

0
740
Photo : PPAgency@

Les députés des cinq groupes parlementaires de la majorité, hostiles au président de l’APN, Saïd Bouhadja se sont rassemblés, hier  devant l’entrée du siège de l’hémicycle pour l’empêcher de regagner son bureau.

Ils ont cadenassé la grande porte d’entrée et libéré les fonctionnaires. Les présidents de ces groupes parlementaires avaient remis au président de l’APN une motion de « retrait de confiance » dans laquelle ils ont dénoncé des « dépassements et violations » enregistrés au sein de l’institution législative, à savoir « marginalisation éhontée, l’ajournement prémédité de l’adoption du Règlement intérieur de l’APN marginalisation des membres de la Commission des affaires juridiques, mauvaise gestion, frais exagérées déboursées illicitement, la non répartition des missions à l’étranger sur la base de la représentation proportionnelle et recrutement aléatoire et douteux » «Nous avons décidé de mener cette action symbolique, suite au refus du président de l’APN de démissionner. La coordination de la majorité parlementaire va se réunir pour examiner la situation aujourd’hui à 14h et il y aura un point de presse juste après », a affirmé Djamel Bouras, député de l’émigration issu du FLN. Selon lui, «  plus de 350 députés ont participé à l’action de protestation». Amar Djelani abonde dans le même sens. « Nous invitons Bouhadja à se présenter et à faire face à ses responsabilités », a-t-il lancé. « Notre action est une démonstration de force. Nous respectons Bouhadja, le moudjahid et militant mais il doit comprendre que la majorité ne veut plus travailler avec lui », a-t-il renchéri. Plus modéré, le chef du groupe parlementaire du MSP, Ahmed Sadouk, a, dans une déclaration à la presse, prôné le dialogue. « Il faut faire passer l’intérêt du peuple qui nous a mandatés avant tout. Nous respectons la position de Bouhadja qui refuse de céder à la pression. Notre parti respecte également la position des députés de la majorité qui ne souhaitent plus collaborer avec le président de l’APN », a-t-il soutenu. « Le MSP appelle les deux parties au dialogue et se dit prêt à jouer un rôle pour les rapprocher», a-t-il souligné.