Après la victoire du FLN aux législatives: Vers la reconduction de Sellal à la tête du gouvernement

0
732

Bien qu’il soit dans l’obligation de présenter sa démission dans les tout prochains jours et ce, conformément à la Constitution, tout porte à croire que le Premier ministre, Abdelmalek Sellal sera reconduit dans ses fonctions de chef de l’Exécutif par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

La nouvelle Constitution stipule que le Premier ministre doit être choisi parmi la majorité parlementaire et le FLN, dans ce cas précis, est favorable à l’option de la reconduction de l’actuel Premier ministre pour qu’il puisse poursuivre la mise en œuvre du programme du président de la République. D’ailleurs, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbes, a indiqué, dans sa réaction après l’annonce des résultats des législatives, que Abdelmalek Sellal est membre du parti et a laissé entendre que le FLN préférait que celui-ci poursuivait sa mission à la tête du gouvernement.

Cela dit, selon de nombreux observateurs, il est fort probable que Sellal sera reconduit le jour même de la présentation de sa démission et sera donc appelé à former un nouveau gouvernement pour se mettre au travail, notamment pour préparer les élections locales prévues, selon certaines indiscrétions, à la prochaine rentrée sociale. D’aucuns pensent, à ce titre, que les récentes visites effectuées par Sellal dans plusieurs wilayas du pays, parallèlement à la campagne électorale, n’étaient fortuites et obéissaient à une stratégie minutieusement préparée.

D’ailleurs, le Premier ministre n’avait pas manqué, à cette occasion de mobiliser les citoyens, les exhortant à se rendre en force aux urnes le jour du scrutin. Sellal devrait, par conséquent, composer une nouvelle équipe et poursuivre son œuvre sur le terrain, comme il l’avait fait auparavant, avec pour objectif d’améliorer les conditions de vie des populations à travers l’ensemble du territoire national. A ce propos, Sellal avait soutenu qu’en dépit de la conjoncture économique, des bouleversements politiques et sécuritaires à l’échelle mondiale et des campagnes défaitistes, l’Algérie «restera debout, attachée à ses principes et libre dans ses décisions». Il a affirmé également que l’Etat s’employait à rationnaliser les dépenses publiques pour améliorer le rendement et mieux maîtriser le commerce extérieur, soulignant que l’austérité ne s’inscrivait pas dans cette démarche et que les programmes de logement se poursuivaient.

«L’Etat continuera de veiller à la disponibilité des produits et à l’approvisionnement du marché national et d’œuvrer en faveur de l’outil national de production avec la régulation des prix, la rationalisation des dépenses publiques visant à améliorer le rendement et non pas l’austérité et une meilleure maîtrise du commerce extérieur pour réduire la facture d’importation», a précisé Sellal qui intervenait lors d’une rencontre avec les représentants de la société civile dans la ville d’Aïn El Fouara. Concernant le dossier du logement, il a indiqué que les programmes de logement se poursuivent et «notre peuple est témoin de la distribution de logements en toute transparence et de l’avancement des projets à travers l’ensemble du territoire national».

Il a, en outre, réaffirmé la détermination de l’Etat à poursuivre la reconstruction de la base industrielle nationale et le soutien à la production nationale pour en améliorer la qualité et la compétitivité et à renforcer l’investissement dans le domaine agricole par l’augmentation des surfaces irrigables, l’amélioration du rendement des récoltes, la mise en valeur des terres, la mécanisation et l’encouragement du partenariat public-privé dans la production agricole et animale, les structures de stockage et l’agroalimentaire en vue de renforcer la sécurité alimentaire et les capacités d’exportation. Les initiatives dans le domaine du tourisme seront également encouragées, a ajouté le Premier ministre, soulignant que le gouvernement axera ses efforts à l’avenir sur la préservation de la cohésion sociale, le parachèvement de la construction de l’économie émergente, la rationalisation du rendement des appareils de l’Etat en termes de dépenses, de réglementation et de régulation, et le renforcement des capacités nationales en matière de technologie et de gestion. Saluant les progrès réalisés en matière économique et sociale, il a cité les programmes de logement à travers le territoire national, l’extension des réseaux d’eau, d’électricité et de gaz et la poursuite du recrutement et la réalisation de structures dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Le Premier ministre a, par ailleurs, fait état de l’existence d’une véritable dynamique de création d’activités et de PME, laquelle, a-t-il dit, a grandement contribué à la réduction du taux de chômage et l’augmentation des recettes fiscales hors hydrocarbures.

La généralisation du numérique et de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication a permis d’améliorer la qualité du service public, facilitant ainsi la vie des citoyens au quotidien, a ajouté Sellal. Le Premier ministre a, toutefois, reconnu l’existence de lacunes auxquelles il faut remédier et d’objectifs qui n’ont pas encore été atteints, insistant sur la nécessaire préservation de la dynamique dans la société et l’économie pour ne pas reculer. Sellal a conclu son intervention en appelant les Algériens à s’inspirer de l’esprit du 8 mai 1945 pour préserver l’indépendance de «notre pays et poursuivre son édification en dépit de la conjoncture financière et des tensions régionales». D’autre part, Sellal avait mis en avant la nécessité de préserver le modèle social algérien dont les fondements sont la justice sociale et l’égalité des chances, réitérant le rejet de la bureaucratie et de la corruption au vu de leur effets néfastes sur l’Etat et le citoyen. Il avait indiqué que le gouvernement «rejette la bureaucratie et la corruption, non seulement pour des raisons morales ou juridiques, mais parce qu’elles constituent des entraves au développement économique et portent atteinte aux performances des institutions de l’Etat et aux conditions de vie du citoyen», appelant à une conjugaison des efforts de tout un chacun, au sein de la famille, de l’école, du travail, de l’administration et de la justice, pour éradiquer ces fléaux. Le Premier ministre a soutenu dans ce sens que «la reconstruction nationale est à notre portée, il suffit de persévérer en faisant abstraction des calculs conjoncturels pour mobiliser nos potentialités au service de la réalisation de nos objectifs communs».

Exprimant la fierté du peuple algérien quant à «l’appartenance du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, à la génération des moudjahidine et son honorable élite», Sellal a affirmé que «les moudjahidine demeurent une lanterne qui illumine notre chemin et une mémoire vivante de la grandeur et de la dignité du peuple algérien». «Nous sommes fières que notre Président soit de cette génération héroïne et de cette élite honorable», a-t-il soutenu. Citant le président de la République, Sellal a souligné que le peuple algérien qui panse encore les blessures d’une décennie de violence, a besoin d’une «action constante de la part de l’Etat et n’a cure des aspirations égoïstes». «Le peuple algérien veut des initiatives nouvelles et une voie sérieuse vers l’avenir pour répondre à ses aspirations», a-t-il encore rappelé.