Après l’adoption du plan d’action du gouvernement par les députés: Ouyahia répond à ses détracteurs

0
861
Photo L'Echo d’Algérie@

Arguments à l’appui, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia a saisi l’opportunité qui lui a été donnée à l’occasion de l’adoption par la majorité des députés de l’APN du plan d’action du gouvernement pour répondre à ses détracteurs, notamment ceux parmi l’opposition qui n’ont pas hésité à tirer à boulets rouges sur Ouyahia et son staff gouvernemental.

Tout en exprimant la détermination de l’Exécutif à poursuivre le développement socioéconomique du pays dans le cadre de la mise en œuvre du programme du président de la République, Ouyahia a affirmé avoir répondu «avec preuves et arguments» aux critiques d’une opposition qu’il a qualifiée de «rigide», lors du débat autour du plan d’action du gouvernement. «Le gouvernement se doit de répondre à cette opposition, car la démocratie consacre le droit de chacun à s’exprimer librement», a soutenu Ouyahia, précisant que ce n’est pas dans ses habitudes de «tendre l’autre joue lorsqu’il reçoit une gifle». Le Premier ministre a cité l’opposition «policée» qu’il a saluée pour ses positions, affirmant que le gouvernement fera en sorte de convaincre le peuple et l’opposition par «le travail et avec des preuves». Dans ses réponses aux questions des députés, le Premier ministre a soutenu que l’Algérie poursuivra son développement économique et social sous la conduite du Président Abdelaziz Bouteflika «malgré les critiques de l’opposition».

Enumérant les acquis réalisés, Ouyahia a plus particulièrement mis l’accent sur le recouvrement de la paix et de la stabilité, ce qui a permis, dirat-il, à 9 millions d’élèves de prendre le chemin de l’école, à 1,7 million étudiants de poursuivre leurs études dans des universités, de même que la construction de plus de 100 hôpitaux et établissements de santé publique et quelque 2,7 millions de logements. Il a soutenu que l’Algérie poursuivra, «sous la direction du moudjahid Abdelaziz Bouteflika, son développement et son essor», assurant que le chef de l’Etat «bénéficie du soutien du peuple et de l’Armée nationale populaire, dont il est le chef suprême». Rendant hommage aux partis politiques de la majorité présidentielle (FLN, RND, TAJ, MPA) et au groupe parlementaire des Indépendants ainsi qu’à «l’opposition civilisée», il a sévèrement vilipendé ceux qu’il a traités d’«apprentis de l’opposition».

Le Premier ministre a affirmé, par ailleurs, que la lutte contre la corruption avait besoin de «persévérance et de plus de transparence», ajoutant que le plan d’action du gouvernement «renforcera la transparence dans la lutte contre ce fléau». Le chef de l’Exécutif a rappelé, dans le même contexte, que l’Algérie était parmi les premiers pays à signer la convention internationale de lutte contre la corruption et qu’elle l’applique régulièrement au niveau de la justice, ajoutant que la lutte contre ce fléau n’avait pas besoin de «show», mais nécessite de la «persévérance et plus de transparence» et que le plan d’action du gouvernement «vient promouvoir la transparence dans le cadre de la lutte contre la corruption». Abordant la question de la décentralisation, Ouyahia a exprimé le souci du gouvernement de hisser les capacités et les prérogatives de l’administration locale pour renforcer et consolider cette décentralisation. Concernant l’effacement des dettes de certaines micro-entreprises, il a déclaré que le gouvernement est déterminé à aider les jeunes, soulignant que 27 milliards de dinars de dettes ont été effacées récemment par les banques au profit d’entreprises ANSEJ, tandis que d’autres entreprises ont bénéficié d’un rééchelonnement de leurs dettes, expliquant que le non- remboursement de certains crédits est dû à la faillite de certaines entreprises. Le Premier ministre a exprimé, en outre, la détermination du gouvernement à remédier aux carences du système de l’éducation nationale dans le but d’améliorer la qualité de l’enseignement, estimant que la rentrée scolaire de cette année a enregistré des carences auxquelles il faut remédier, appelant tout un chacun à semer la culture de l’espoir et à s’éloigner des idées reniant les réalisations accomplies.

Ouyahia a, d’autre part, plaidé pour un changement dans les mentalités dans le secteur du tourisme et pour un retour aux traditions propres à l’Algérie, estimant que le développement du tourisme ne nécessite pas uniquement de l’investissement en hôtellerie, mais requiert surtout un changement dans les mentalités, la promotion du sens du civisme chez le citoyen et la garantie de la sécurité. Le Premier ministre a soutenu, par la même occasion, que le gouvernement préservera les acquis sociaux notamment la politique de subvention actuelle qui sera maintenue l’année prochaine. Dans la loi de finances 2018, le gouvernement n’envisage pas de renoncer à la politique de subvention actuelle, particulièrement pour ce qui est des produits de large consommation subventionnés comme l’huile, le sucre et le lait, a indiqué Ouyahia en réponse aux questions des députés.