Assassinat d’Hervé Gourdel: Le principal accusé condamné à la peine capitale

0
182

Le tribunal de Dar El Beïda a condamné, jeudi, à la peine capitale Malek Hamzaoui, principal accusé dans l’assassinat du ressortissant et alpiniste français, Hervé Gourdel, en septembre 2014.

Les six autres accusés poursuivis dans cette affaire, pour non-dénonciation de crime et hébergement, sans autorisation, du touriste français ont été acquittés. Le parquet avait auparavant requis la même peine pour le principal accusé et 3 ans de prison et 100 000 DA d’amende ont été, par ailleurs, requis à l’encontre de six autres accusés. Malek Hamzaoui est poursuivi pour rapt, torture et homicide volontaire avec préméditation, et association d’un groupe terroriste. Hervé Gourdel, 55 ans, s’était rendu dans le massif montagneux du Djurdjura pour y effectuer de l’alpinisme. Il a été enlevé le 21 septembre 2014, de nuit, près du village d’Aït Ouabane, dans la commune d’Akbil, par le groupe dénommé Jound Al-Khilafa (les soldats du califat). Il se trouvait à bord d’une voiture, en compagnie d’amis algériens qui ont été libérés par les ravisseurs. Trois jours plus tard, ,le 24 septembre,, Hervé Gourdel a été décapité. Sa dépouille avait été retrouvée et rapatriée en France en janvier 2015. Le groupe terroriste Jound Al-Khilafa en avait revendiqué l’acte en «représailles à l’engagement de la France aux côtés des Etats-Unis dans les frappes» contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Irak. Dès la décapitation de l’otage français, les forces de l’ANP s’étaient lancées à la recherche du groupe terroriste et effectué un ratissage dans la zone, théâtre de l’assassinat. Les recherches entreprises pendant plus de trois mois avaient permis de retrouver, puis de mettre hors d’état de nuire, trois des terroristes impliqués dans l’assassinat du touriste français. Il s’agit de Laâredj Ayoub, éliminé le 9 octobre 2014, de Belhout Ahmed, tué le 14 novembre et d’Abdelmalek Gouri, abattu le 22 décembre de la même année dans la région des Issers, 65 km à l’est d`Alger .A la tête de ce groupe terroriste, Abdelmalek Gouri avait revendiqué être l’auteur du rapt et de la décapitation de Gourdel.