Assises nationales de l’agriculture: Installation d’une Commission sectorielle chargée du suivi et de l’exécution des recommandations

0
179
Photo L'Echo d'Algérie@

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi a indiqué, hier, à Alger, que son département œuvre avec toutes les parties concernées à trouver un cadre propice et les moyens pour la concrétisation effective et réelle des recommandations issues des assises nationales de l’agriculture tenue le 23 avril dernier. Une Commission sectorielle chargée de suivi et d’exécution de ces recommandations a été installée.

« Les assises nationales de l’agriculture sont l’événement phare dans les annales du secteur, pas seulement par rapport à l’engouement et la mobilisation vécues le 23 avril dernier, mais qui doit être un nouveau départ pour le secteur avec ces trois branches : l’agriculture, les forêts et la pêche», a souligné le ministre dans son allocation à l’occasion de la réunion qu’il a présidée au siège de son ministère, portant sur la mise en œuvre des recommandations des assises nationales de l’agriculture. «Il s’agit d’un nouveau souffle où la volonté s’affiche pour continuer le travail entamé en 2000 dans le cadre du plan national de développement agricole et les différents programmes qu’ils l’ont suivi», a ajouté Bouazgui soulignant qu’ il s’agit également d’un point de départ qui ouvre les perspectives pour s’auto évaluer, et faire face aux manques, lever les obstacles dont souffrent les différents acteurs du secteur, afin de les mobiliser pour participer dans «la nouvelle politique agricole».

Bouazgui a souligné que les orientations du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, accompagnées par les 86 recommandations issues des assises nationales de l’agriculture seront les axes de la feuille de route du secteur agricole qui mènera le travail durant l’étape prochaine. Cette feuille de route sera élaborée, selon le ministre, avec la participation de tous les acteurs et partenaires. Elle sera basée sur les axes suivant : la poursuite du programme de soutien de l’Etat au secteur agricole dans toutes ses composantes, la promotion de la formation dans le domaine de l’agriculture et ses filières dans les différents cycles du système universitaire et de la formation, à soutenir l’emploi de jeunes et à orienter leurs efforts vers le secteur agricole, le développement des industries agroalimentaires et à la promotion des exportations agricoles, la promotion de l’investissement privé à travers la libéralisation des initiatives et la facilitation des procédures, l’assainissement du dossier du foncier agricole, avec le règlement des cas suspendus, la récupération de terres agricoles non exploitées, et la modernisation de l’irrigation et structurer l’économie agricole. Dans le but de veiller à la concrétisation «réelle et effective» de ces recommandations, le ministre a annoncé l’installation d’un Commission sectorielle chargée de suivi et d’exécution des orientations du président de la République et les instructions du Premier ministre. Cette Commission présentera d’une manière cyclique son rapport de données sur les réalisations et les acquis réalisés sur terrain.

Ramadhan : «Toutes les mesures prises pour assurer la disponibilité des produits»

En prévision du mois de Ramadhan, le ministre a rassuré quant à la disponibilité des produits de large consommation. «Toutes les mesures sont prises pour assurer la disponibilité des produits alimentaires durant le mois de Ramadhan», a affirmé Bouazgui en marge de la réunion avec les cadres du secteur agricole portant sur la mise en œuvre des recommandations des assises nationales. Le premier responsable du secteur a ajouté que «les produits seront disponibles en quantité pour permettre aux citoyens de passer un Ramadhan dans la quiétude». Il a souligné que ces mesures ont été prises avec le ministère du Commerce. Pour sa part, le directeur de la réglementation et de la production au ministère de l’Agriculture, Chérif Oumari a indiqué que le département a mobilisé toutes les ressources nécessaires pour subventionner le marché, notamment les produits de large consommation à l’instar du blé et les céréales, le lait, les légumes et les fruits, la viande…. avec les quantités, le prix et la qualité demandés. Il a ajouté que des points de vente et des marchés de proximité, sont mobilisés en partenariat avec le ministère du Commerce, pour améliorer le système de la distribution des produits nécessaires. A une question sur l’éventuelle adaptation d’un système de réglementation spécial de ce mois pour contrecarrer la spéculation et la perturbation dans la distribution, Oumari a indiqué que ce système est un mécanisme qui est utilisé par le département tout au long de l’année. Selon lui, ce mécanisme permet d’assurer la disponibilité des produits nécessaires à travers les différents Offices interprofessionnels chargés chacun d’un produit alimentaire.

A titre d’exemple, ajoute-t-il, l’ONIL a pris toutes les mesures nécessaires pour assurer la poudre de lait. Des quantités supplémentaires sont fournies par le gouvernement. Au sujet des viandes, le responsable a indiqué que l’Algérie produit des quantités considérables estimées à environ 10 millions de quintaux de viande rouge et blanche, ajoutant que pendant le mois de Ramadhan, des mesures supplé- mentaires sont prises pour assurer la disponibilité de ces produits avec des prix raisonnables. Il a déclaré que 40 000 tonnes est la quantité importée pour équilibrer le marché et baisser la tension. «Au niveau du ministère de l’Agriculture, le travail s’articule sur l’augmentation de la production nationale, qui assure actuellement 70% du besoin du marché national», a-t-il dit.

Céréaliculture : «Une saison réussie et prometteuse»

S’agissant de la campagne labours-semailles, elle a enregistré un retard vu les conditions climatiques, indique Nesserdine Messaoudi, secrétaire général de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) qui prévoit «une saison réussie et prometteuse». L’OAIC s’est engagé à avoir «un stock stratégique» pour assurer la disponibilité de ce produit d’une manière continue. Pour rappel, une autosuffisance nationale en blé dur sera réalisée dans 3 à 4 ans en application du programme élaboré par le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, selon le PDG de l’OAIC, Mohamed Belabdi.

Le même responsable a souligné que le ministère de l’Agriculture a une préférence pour le développement de la culture du blé dur qui s’adapte au climat algérien, nonobstant sa valeur sur le marché équivalant au double de celle du blé tendre et son importance en tant que matière principale du mode alimentaire algérien. Les efforts du ministère de tutelle dans ce domaine, dans les dernières années, ont permis d’augmenter le rendement de 7 à 20 q/ha et voire plus grâce à la contribution de tous les secteurs, notamment celui de la recherche scientifique, a souligné Belabdi. En outre, il a signalé que l’OAIC a lancé un vaste programme de développement de ses capacités dans tous les domaines en modernisant le parc du matériel, l’acquisition de 1500 nouvelles moissonneuses-batteuses, la réalisation de 39 docks silos dont les premiers seront réceptionnés cette année, l’amélioration de la qualité des semences et des intrants, la concrétisation de 22 stations spécialisées et l’accompagnement financier et technique des agriculteurs. Le ministre de l’Agriculture a indiqué, hier, que cette branche contribuera certainement à la baisse de la facture d’importation.