Au vu des situations prévalant dans certains pays arabes: L’Algérie appelle  à la réforme de la Ligue  arabe 

0
621

 Le ministre des Affaires étrangères, M.  Abdelkader Messahel a réitéré, hier au Caire (Egypte), l’appel de  l’Algérie à une réforme « globale » de la Ligue arabe, précisant que cet  appel découlait des situations prévalant dans certains pays arabes  « confrontés à des défis et des risques majeurs ». 

Prononçant une allocution à la 151e session ordinaire du Conseil de la  Ligue arabe au niveau ministériel, M. Messahel a indiqué que « l’appel de  l’Algérie à la réforme de l’organisation arabe découle des situations  prévalant dans certains pays arabes, malheureusement confrontés à des défis  et des risques majeurs nourris par l’instabilité et les crises sévissant  dans plusieurs régions », impliquant ainsi « l’unification et la conjugaison  des efforts en vue de resserrer les rangs arabes et d’examiner, avec  objectivité et responsabilité, les crises marquant la scène arabe, et ce à  travers l’instauration du dialogue en tant que base de la communication  arabe, afin de mettre un terme aux ingérences étrangères dans les affaires  internes des pays arabes ».  « La réforme souhaitée doit être concrétisée en vue d’être en adéquation  avec les développements survenus dans le monde, une réforme qui ne saurait  se réaliser sans une évaluation objective de la performance des organes de  la Ligue ainsi que de l’action des organisations spécialisées relevant de  la Ligue, pour resserrer les rangs arabes et relancer l’action arabe  commune », a-t-il ajouté.  A ce propos, le chef de la diplomatie algérienne a estimé qu' »en dépit des  relations profondes liant les pays arabes, de par leur destin commun  enraciné dans l’histoire, la Ligue arabe souffre encore de la faiblesse de  son rôle dans la résolution des crises qui sévissent dans la région arabe  et de son incapacité d’atteindre les objectifs pour lesquels elle a été  créée, essentiellement le règlement des crises dans la région arabe, une  région sous l’influence de forces internationales ayant leurs propres  agendas ».  Il a réaffirmé, par la même, que « l’Algérie demeure fidèle à ses principes  et ses constantes, rejette toutes formes d’ingérence étrangère et réitère  son attachement au respect de la souveraineté nationale de chaque Etat,  tout en œuvrant au règlement pacifique et politique des conflits, par le  dialogue inclusif et la Réconciliation nationale, axes principaux de  l’approche algérienne en matière de résolution des crises qui déstabilisent  la région arabe ».

N.I