Balance commerciale durant les onze premiers mois 2016, un déficit de plus de 17 milliards de dollars enregistré

0
626

 

La balance commerciale de l’Algérie a accusé au cours des onze premiers mois 2016  un déficit de l’ordre de « 17,2 milliards de dollars US », par rapport aux résultats des onze premiers mois 2015. Selon un bilan effectué par le centre national de l’informatique et des statistiques (CNIS), le volume global des importations s’est donc établi à « 42,78 milliards de dollars US », contre un volume global des exportations de « 25,58 milliards de dollars US ». Pour l’année écoulée également le taux de couverture des importations est resté plus élevé que celui des exportations. Il serait, toute fois plus faible que celui enregistré pour la même période de l’année 2015. S’agissant des baisses constatées durant les onze premiers mois 2016, le bilan du Cnis cite  les biens alimentaires (-11,34%), les biens destinés à l’outil de production (-11%), les biens d’équipements (-10,5%) et pour les biens de consommation non alimentaires (-4,77%). Pour les « biens d’équipements » la baisse a été induite par celles contractées par la catégorie appareils électriques pour la téléphonie, de véhicules de transport de personnes et de marchandises et de turboréacteurs. Pour les « biens destinés au fonctionnement de l’outil de production » qui représentent prés de 31% des importations, cette catégorie se constitue essentiellement des  tubes et tuyaux (+48,37), des barres en fer ou en acier (-18,17), les huiles de pétrole (-49,31) ainsi que les constructions et parties de constructions (+17,20). Le groupe des «biens de consommation non alimentaires » qui occupe la troisième position dans la structure des importations réalisées a enregistré la côte de « 7,58 milliards de dollars US soit une proportion de 17,72 % » du volume global des importations durant les onze premiers mois 2016. Il est constitué principalement des médicaments et des véhicules de tourismes. La dernière place du classement est détenue par le groupe des « biens alimentaires » avec une part de « 17,61% et un volume de 7,53 milliards de dollars US ». Ce groupe, note-t-on de même source est en diminution de plus de 11%, par rapport aux onze premier mois 2015, « soit 963 millions de dollars US ». Par ailleurs s’agissant des exportations Algériennes, les hydrocarbures continuent à représenter l’essentiel des ventes de l’Algérie à l’étranger. La catégorie a détient la part de 93,97 % du volume global des exportations. L’on note une baisse de baisse de 20,66 %, durant les onze premiers mois 2016 par rapport à la même période 2015.  Les exportations « hors hydrocarbures », quant à elles demeurent toujours faibles. Elles n’ont occupé durant les onze premiers mois 2016, que 6,03 % du volume global des exportations soit une valeur de 1,54 milliard de dollars US. De plus elles seraient en baisse de 12,73 % par rapport aux résultats obtenus durant la même période 2015.  Les principaux produits hors hydrocarbures exportés, se constituent essentiellement du groupe « demi-produits ».  Cette catégorie occupe la première position  avec une part de 4,39 % du volume global des exportations soit l’équivalent de 1,12 milliard de dollars US. La seconde est détenue par le groupe « biens alimentaires» avec part de « 1,1 % soit  en valeur absolue de 281 millions de dollars US ». Celle-ci sera suivie par le groupe « produits bruts » avec la part minime de 0,29 % soit 75 millions de dollars US. Les groupes« biens d’équipement industriels» et «biens de consommations non alimentaires » viennent en bas de la liste avec les plus faibles parts respectives de 0,19 % et 0,06 %.

Mode de financement et pays partenaires

Par ailleurs le même bilan indique, s’agissant du mode de paiement des importations réalisées que ce dernier a été fait par CASH à raison de « 59,26%, soit près 25,35 milliards de dollars US », enregistrant ainsi une baisse de « 9,64% par rapport aux onze mois 2015 ».  37,08% du volume global des importations ont été financées par les lignes de crédits, soit une baisse de 11,19%. Le reste des importations est réalisé par le recours aux comptes de devises propres et aux autres transferts financiers à raison de près de « 3,67%, soit en valeur absolue de 1,56 milliard de dollars US ».S’agissant cette fois-ci des pays fournisseurs et clients de l’Algérie, le pays indique-t-on a échangé avec pratiquement les mêmes que ceux de l’année 2015. Ainsi durant la période des onze mois de l’année 2016, l’Italie a été le principal client en obtenant la part de 17,24% des ventes Algériennes à l’étranger suivie par l’Espagne 12,67% et la France 11,53%. La Chine pour sa part détient pour la même année la place de principal fournisseur de l’Algérie. Elle détient 18% des importations algériennes, suivie par la France 10,22%, l’Italie 9,96%, l’Espagne 7,71% et l’Allemagne 6,34%.