Ballon d’Or: Messi, les Africains… et Mahrez dans le Top 10 du classement du Ballon d’Or de «France Football»

0
176

C’est sans doute l’un des meilleurs résultats obtenus par un joueur algérien dans ce trophée le plus convoité au monde. Décrocher le Ballon d’Or reste le rêve suprême de tout footballeur. Il n’y a pas meilleure récompense sur le plan individuel.

Même si parfois il est sujet à des polémiques ou à des contestations. Celui de cette année n’y échappe pas. Certains observateurs pensent en effet que Messi a bénéficié de son aura planétaire pour l’emporter pour la sixième fois de sa carrière. Un record absolu. Pour eux, il aurait été plus juste de le décerner à un joueur de Liverpool comme Van Dijk, Mané ou encore Salah eu égard à la saison fantastique qu’ils ont réalisé avec leur club. De nombreux ex-joueurs africains se demandent si ce trophée échoira de nouveau entre les mains d’un footballeur de leur continent (seul George Weah l’a eu en 1995). Ils sont persuadés que le joueur africain est lésé par rapport à ses homologues argentins, Brésiliens et autres européens. «Peut-être que les gens verront ça comme de la victimisation. Il est Africain. Et c’est pour ça qu’il est 4e. Vous pouvez le tourner dans tous les sens, c’est pour ça qu’il est 4e», a dénoncé l’ancien joueur sénégalais de Marseille Habib Beye, à propos de son compatriote Sané. Au-delà de sa part de subjectivité inévitable dans ce genre de sondage, le donner à Messi n’est pas un scandale non plus. L’astre Argentin plane sur le football mondial, personne ne peut remettre en cause le fait qu’il soit de loin le meilleur footballeur de la planète.

Le fait que ce sont seulement des journalistes internationaux qui votent pour le Ballon d’Or lui enlève un peu de crédit, mais visiblement tout le monde l’accepte, sinon il n’y aurait pas autant de convoitise autour de ce trophée. Un trophée pour rappel, qui était jusqu’en 1995, réservé seulement aux joueurs européens, évoluant dans un club du vieux continent. Puis il a été élargi aux joueurs étrangers évoluant en Europe avant d’être ouvert à toutes les nationalités en 2007. C’est pour cette raison que des génies comme Maradona ou Pelé ne l’ont jamais emporté. Madjer également aurait pu prétendre au Ballon d’Or en 1987 après sa formidable saison accomplie avec Porto et son sacre européen. Mais à l’époque il n’était pas éligible. L’on espère que dans les années à venir, un joueur algérien puisse prétendre à ce trophée. Mahrez n’en est pas loin et peut-être d’autres vont s’en rapprocher davantage. Mais apparemment, il faut attendre la fin du règne des deux géants Messi et Ronaldo pour que la concurrence soit plus ouverte.

Ali Nezlioui