Bedoui cherche désespérément…  Ministres

0
160

« Nous lançons un appel à tous les partenaires politiques, notamment ceux qui sont dans l’opposition, au dialogue et à nous écouter les uns les autres afin de pouvoir dépasser la conjoncture difficile que traverse notre pays », a souligné M. Bedoui, estimant que « les défis sont tels qu’aucune partie ne peut prétendre les relever seule ».

Alors que le Peuple ne cesse de revendiquer le départ des dirigeants, le Premier Ministre Bedoui multiplie les prises de paroles pour recevoir des offres de service de personnes pour former un gouvernement. La toute dernière recherche remonte au début de semaine alors qu’il était assisté du vice Premier Ministre, Ramdane Lamamra. Tous les deux recherchent des « compétences nationales avec ou sans affiliation politique » a-t-on appris de source bien informée. La nouvelle équipe gouvernementale comporterait, précise la même source, « des compétences nationales avec ou sans affiliation politique ». Les consultations en cours s’étendront aux représentants de la société civile et aux formations et personnalités politiques qui en exprimaient le souhait en vue d’aboutir à la mise en place d’un « gouvernement de large ouverture », précise également cette source. Bedoui a souligné que le gouvernement, une fois nommé, commencera sans délai la préparation de la conférence nationale inclusive, dont l’organisation a été annoncée par le président de la République, précisant que ses modalités seront définies en tenant compte des avis et des propositions de tous afin d’établir les « priorités ». Depuis le début du mouvement populaire, les initiatives pour une transition démocratique se multiplient. Parmi elle, la « Plateforme pour le changement en Algérie ». Elle a été lancée vendredi 15 mars. « Cette plateforme est le fruit d’un débat de plusieurs semaines et de réunions entre les jeunes Algériens, hommes et femmes de villes et de villages du pays, préoccupés au premier plan de l’avenir de l’Algérie indissociablement lié à leur propre avenir. Elle résume et synthétise les avis et points de vue exprimés par la majorité des participants au débat et prend également en compte les propositions avancées et les points de vue exprimés par d’autres acteurs politiques et de la société civile sans exclusion », écrivent ses initiateurs. De son côté, le diplomate Algérien et ancien Ministre des Affaires Etrangères, Lakhdar Brahimi, a souligné lundi à Alger « l’urgence d’amorcer le dialogue organisé pour sortir du blocage”, soutenant que la revendication du changement prônée par la population est « légitime, compréhensible et attendue ».Intervenant sur les ondes de la chaîne III de la Radio nationale, M. Brahimi a relevé que le dialogue était « indispensable et urgent », admettant un « blocage » de la situation, avant de préciser que la revendication du changement est « parfaitement légitime, compréhensible et attendue ».

M.T