Benflis promet une revalorisation de l’allocation pour les personnes aux besoins spécifiques

0
105
Algerie: 19.11.2019 La 3 journée de compagne électoral Mr Ali Benflisse à BLIDA. Ph :Fateh Guidoum / PPAgency

Le candidat à la présidentielle du 12 décembre, Ali Benflis, s’est engagé, mardi à partir de Skikda, à consacrer une prime à la femme au foyer, à l’encourager à créer des micro-activités, et à revaloriser l’allocation de handicap.

Lors d’un meeting populaire animé au Palais de la culture au centre-ville, au 17e jour de la campagne électorale, Benflis «s’est engagé à consacrer une prime à la femme au foyer en contrepartie des efforts consentis pour l’éducation de ses enfants», «son encouragement à créer des micro-activités économiques et commerciales, en lui accordant des crédits». Le candidat parti Talaie El Houriyet a promis de «combattre les disparités homme femme», affirmant que la femme représente la moitié de la société et «la distinction entre les deux sexes n’existe pas en Islam, qui consacre les droits de la femme».

A l’occasion de la Journée internationale des personnes à besoins spécifiques, le candidat Benflis a indiqué que son programme électoral «accorde un grand intérêt» à cette catégorie, estimant qu’«ils sont des milliers en Algérie à souffrir le martyre», en s’engageant à revaloriser l’allocation destinée aux handicapés, estimant qu’elle est «insuffisante». Dans ce contexte, Benflis a proposé «un enseignement et une formation spécialisés pour cette catégorie, supervisés par une corporation éducative spécialisée». Il s’est engagé également à créer «un secrétariat d’Etat relevant du ministère de l’Education nationale, pour la prise en charge des personnes aux besoins spécifiques dans tous les paliers» .  Il a promis, également, en cas de victoire, d’accorder un grand intérêt aux structures propres aux personnes aux besoins spécifiques et «un accompagnement dans leur quotidien en termes de facilitation de leur déplacement à travers l’adaptation des moyens de transport et des services publics». Par ailleurs, le candidat du parti Talaie El Houriyet a estimé que l’Algérie «est à la croisée des chemins» expliquant qu’il s’agit de choisir «entre une véritable solution politique permettant l’ouverture de tous les dossiers et apportant les vraies réponses aux vraies questions, ou le «rafistolage» qui maintient l’Algérie dans le statu quo». Dans ce cadre, il a précisé que la présidentielle «est une élection charnière»  et qu’elle «ouvrira la voie à une nouvelle ère bannissant les anciennes pratiques qui ont porté préjudice au pays». Il a appelé à «aller comme un seul homme le 12 décembre aux urnes pour élire un président qui sera responsable et au service du peuple», ajoutant que ces échéances «nous les voulons propres car le pays traverse une crise grave, et peut supporter plus», a-t-il dit.  Le candidat Benflis a exposé ensuite les principaux axes de son programme électoral, qui propose «une nouvelle Constitution consacrant la séparation des pouvoirs et confère la légitimité aux institutions de l’Etat», outre l’adoption d’une économie de marché sociale, la prise en compte des catégories vulnérables, la garantie de l’indépendance de la justice et la libéralisation des médias. Evoquant le volet local, Benflis a mis en avant l’histoire de la wilaya de Skikda qui «a signé une grande partie de l’histoire de l’Algérie», a-t-il conclu.