Biens des Waqf: Mohamed Aïssa appelle à l’adoption de méthodes modernes dans la gestion

0
894

Mohamed Aïssa, a appelé, hier à Alger, à adopter des méthodes modernes dans la gestion des biens waqf de l’Algérie. La gestion des biens waqf se fait actuellement avec des moyens désuets et une mentalité bureaucratique», a indiqué Mohamed Aïssa à l’ouverture des travaux de la conférence nationale annuelle des cadres centraux et régionaux des affaires religieuses, appelant à l’adoption de «méthodes modernes» dans la gestion de ces biens à l’instar «de ce qui est en vigueur dans certains pays musulmans». Il a précisé que son ministère «n’est toujours pas en mesure de recouvrer les loyers des biens waqf qui se sont accaparées certaines parties n’ayant aucune relation avec les affaires religieuses», faisant allusion à la possibilité de recourir à la justice «si cela s’avère nécessaire» pour restituer ces biens avec «la force de la loi». D’autre part, le ministre des Affaires religieuses et du Waqf a annoncé l’institution d’un concours national pour les meilleurs imams en matière de gestion des mosquées et structures y afférentes, de contribution dans la lutte contre le monopole et la cupidité de certains commerçants et enfin, la diffusion de la culture de la rahma (clémence), de solidarité et d’entraide durant le mois sacré de Ramadhan. Evoquant le crédit bonifié gelé depuis trois ans, il a estimé nécessaire de le relancer «de manière organisée et structurée au profit des différentes catégories de la société», soulignant l’éventuelle «augmentation du crédit à un million de dinars». Mohamed Aïssa a exhorté les directeurs des affaires religieuses et du waqf dans les différentes wilayas du pays à consacrer un jour par semaine à la réception des imams pour les «écouter et s’informer de leurs préoccupations». Il a rappelé à ce propos, l’existence d’une commission technique chargée de présenter un «modèle» pour le programme des medersate (écoles coraniques) qui sera dévoilé ultérieurement.