Bouazghi: « les chambres d’agriculture doivent s’impliquer davantage à  l’effort de développement national»

0
117

Le ministre de l’Agriculture, du Développement  rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a appelé les  chambres d’agriculture à s’impliquer davantage à l’effort de développement  national et à répondre efficacement aux attentes des larges catégories  qu’elles représentent.

Présidant la tenue de l’Assemblée générale ordinaire de la chambre  nationale d’agriculture, le ministre a appelé cette dernière à doubler  d’efforts en faveur des jeunes dont le taux représente 11 % de l’ensemble  des adhérents. Afin de concrétiser les objectifs du développement agricole et rural, M.  Bouazghi a mis l’accent sur la nécessité de prendre conscience des  problèmes auxquels les agriculteurs et les éleveurs font face et  d’améliorer le contact entre les fonctionnaires chargés du développement et  les citoyens en adoptant un système de communication directeur et efficace. Il a salué par ailleurs les efforts consentis par les opérateurs  économiques dans le secteur agricole à travers l’organisation périodique  d’opérations d’exportation des produits agricoles vers plusieurs pays en  fonction des normes et conditions en vigueur sur le plan international. Selon le ministre de l’Agriculture, les services administratifs et  instituts du secteur chargés du contrôle et de la sécurité du produit  national veillent à la conformité de ces produits agricoles destinés à  l’exportation.  Il faut, dans ce cadre, poursuit le ministre, « répondre aux nouvelles  exigences générés par les changements climatiques et la consommation en ce  qui concerne la valorisation des produits organiques locaux qui jouissent  de caractéristiques méritant progrès et intérêt ».     Selon le même responsable, le secteur poursuit l’exécution du système de  mise en place de l’étiquetage sur la base d’indicateurs de la qualité et  l’élargissement de son champ pour inclure d’autres produits et renforcer  les efforts d’intégration des normes de qualité et de sécurité des produits  agricoles. Le taux moyen du développement enregistré durant ces dix dernières années  a atteint 8%.  Le ministre a salué, entre autres, les résultats des assises nationales  d’agriculture dont les 86 recommandations en découlant ont constitué une  feuille de route vers les prochaines étapes à franchir par le secteur,  soulignant qu’il sera question d’associer tous les acteurs, à leur tête les  chambres agricoles et les représentants d’agriculteurs.    Abordant la question du foncier agricole, le ministre a affirmé qu’il est  « nécessaire de mettre en place des mécanismes adéquats pour le préserver  aux prochaines générations et l’exploiter d’une façon rationnelle, à  travers un système législatif et organisationnel efficace ».    En parallèle, le même responsable a souligné que la politique de  développement requiert « la facilitation de l’acquisition de terrains  agricoles, notamment pour les jeunes M. Bouazghi a souligné, en outre, l’importance de renforcer la stratégie  de développement de la filière des industries agroalimentaires qui sont à  même d’intégrer les régions et les bassins qui se transformeront en  véritables pôles pour le développement de la filière.   Par ailleurs, il a été question, durant cette année, de recourir à une  opération de grande envergure pour renouveler et renforcer les conseils  professionnels communs.    Pour le ministre, la majorité des filières en ont fini avec la  constitution de leurs conseils de wilayas dont 8 conseils installés au  niveau national et sont opérationnels actuellement, comprenant 17 filières  agricoles, et ce dans le cadre d’un projet tracé portant création de 462  conseils professionnels.    Durant la réunion, il a été procédé à la présentation du bilan  d’activités de la Chambre nationale de l’Agriculture durant les deux  dernières années et du plan d’action de l’année en cours comportant  révision du statut et du règlement intérieur des chambres de l’agriculture  ainsi que la création de la carte numérique de l’agriculteur. Le plan d’action comporte, en outre, l’accompagnement à la création de  conseils nationaux entre les métiers des sections agricoles tout en  continuant à étiqueter et reconnaitre la qualité des produits agricoles  locaux. Il sera également procédé, durant cette année, à l’élaboration de projets  de conventions internationales avec l’Assemblée permanente des chambres  d’agriculture françaises et la chambre régionale Auvergne Rhône Alpes. A cette occasion, le ministre a souligné l’impératif d’une planification  stratégique à caractère participatif au titre de l’approche des chambres  d’Agriculture visant à mobiliser les bénéficiaires à travers l’amélioration  de leurs connaissances et l’encouragement à l’innovation en se basant sur  le conseil et la sensibilisation. Outre les stages impliquant plus de 68.000 cadres et opérateurs  économiques, les établissements de formation sectorielle avaient procédé,  durant les 5 dernières années, à la formation d’environ 150.000 opérateurs  économiques, agriculteurs, éleveurs et pêcheurs. M. Bouazghi a qualifié les chambres d’Agriculture de « maillon de  coordination et de cohérence avec les conseils professionnelles mixtes et  les différents établissements sectoriels ». Les membres des conseils administratifs des chambres ont appelé à  l’amélioration de la performance en matière d’organisation de  manifestations économiques nationales et internationales et de journées de  sensibilisation et de promotion relatives au produit national.

Taghat M