CAF Awards:  La razzia algérienne, la déception Mahrez

0
126

Comme il fallait s’y attendre, l’Algérie a raflé quatre prix et non des moindres, lors de la cérémonie des CAF Awards organisée mardi soir en Egypte. Une suite logique après son sacre retentissant à la CAN. Les Verts ont décroché sans surprise, le trophée de Meilleure équipe de l’année.

Djamel Belmadi, quant à lui, a été désigné Meilleur coach africain, tandis que le titre de Meilleur joueur africain évoluant sur le continent est revenu naturellement à Youcef Belaïli double vainqueur de la Ligue des champions africaine avec l’EST et couronné avec l’EN en Egypte. Enfin, le fabuleux but de Riyad Mahrez inscrit sur coup-franc à la dernière minute lors de la demi-finale de la CAN contre le Nigeria, a été élu Meilleur but de l’année. Il ne pouvait en être autrement. Finalement, seul le prestigieux prix du Meilleur joueur africain dans lequel concourait également Mahrez a échappé aux Algériens. Il est revenu au Sénégalais de Liverppol, Sadio Mané vainqueur de la Ligue des champions européenne et finaliste de la CAN, devançant son coéquipier en club, l’Egyptien Mohamed Salah. Mahrez occupe, pour sa part, la troisième marche du podium. Il faut dire que ces trois magnifiques artistes du ballon rond, méritaient tout autant de le remporter. Le choix s’est porté sur Mané, comme il pouvait l’être Salah ou Mahrez. Ce trio magique a brillé de mille feux durant l’année écoulée que ce soit en club ou en sélection. Ce qui nous surprend en revanche, c’est l’écart un peu démesuré des points qui sépare le premier du troisième (plus de 200 points). Compte tenu de la concurrence qui existe entre les trois candidats, on aurait pensé qu’il serait plus serré. Cela dit, le sacre de Mané n’est pas un scandale. Loin s’en faut.

Les nombreux fans de Mahrez sont néanmoins très déçus. Ils espéraient que leur coqueluche allait rafler la mise. Mais ils doivent accepter le verdict et faire contre mauvaise fortune, bon cœur. Et puis ce n’est peut-être que partie remise comme l’a si bien laissé entendre Mahrez dans son message dans lequel il a sportivement félicité son rival. «Félicitations à Sadio pour ce trophée bien mérité. Désolé de n’avoir pu être là, mais je devais marquer pour le trophée de 2020. A l’année prochaine», a-t-il tweeté juste après son match de Carabao Cup contre Manchester United et soldé par la victoire des siens sur le score de 3 à 1. L’ailier algérien a d’ailleurs largement contribué dans ce large succès en inscrivant un but et en étant l’un des joueurs les plus en vue, du côté de Man City. Il faut dire aussi que si le trophée de Meilleur joueur a échappé à Mahrez, c’est beaucoup à cause de son statut ambigu dans son club, malgré des statistiques hors du commun et un excellent rendement. Il n’est ni un titulaire à part entière ni un remplaçant assumé. Il est entre les deux. Une situation qui l’a desservi par rapport à ses deux concurrents qui sont mieux considérés, il faut le reconnaitre, par leur coach à Liverpool. C’est un détail qui a pesé dans le choix final. Mais ce que l’on doit retenir le plus, c’est la razzia de l’équipe nationale. Jamais le football algérien n’a été autant récompensé à l’échelle africaine. C’est une grande fierté pour nous, comme l’a résumé Djamel Belmadi dans son allocution.

Ali Nezlioui