CAF (finale) : TP Mazembe 4 – 1 MOB – En dépit de la défaite, les Crabes ont été héroïques

0
997

ph slimane MOB BEJAIAL’ultime défi hier  pour l’étonnante et héroïque équipe du MO Béjaïa qui jouait hier  après-midi (14h30) à Lubumbashi sa très attendue finale retour de la Coupe de la CAF face au TP Mazembe à tourner au cauchemar. On le savait déjà que les Mobistes avaient  compromis leurs chances après le nul concédé à Blida à l’aller, mais ils y croyaient encore. « Ce match était comme on  le devinait déjà à l’avance un peu différent par rapport à l’aller, mais on devait  jouer sans trop faire de calculs. Certes, c’est une finale, mais pour moi ça reste un match de foot, qu’on devait  aborder avec nos meilleurs atouts. La formation du TP Mazembe ne va pas se laisser faire facilement, mais nous aussi on a notre mot à dire », a fait savoir sur le site internet de la CAF l’artisan de cette épopée, en l’occurrence Nasser Sandjak. « J’ai dit aux joueurs que nous allions affronter une équipe du TP Mazembe qui mérite tout le respect, après nous avoir tenu en échec à l’aller, mais sans pour autant la respecter plus qu’il ne faut. Malheureusement  ce paramètre n’a pas  incité mes joueurs à rester sur leurs gardes et nous avions ainsi encaissé un premier but en moins de dix minutes. On aurait souhaité  aborder  la rencontre avec la plus grande détermination car tout pouvait arriver, d’autant  plus que la pression était plutôt sur eux, après ce qu’on a montré à l’aller, notamment sur le plan offensif », précisait  le driver des Crabes. Mais hélas nous étions tombés sur plus fort que nous pour aspirer à  réaliser un autre authentique exploit, celui de revenir de Lubumbashi avec le trophée et réussir ainsi un coup de maître pour ce coup d’essai dans une épreuve continentale. Enfin, les partenaires du maestro Yaya étaient  déterminés à marquer l’histoire face au grand favori de cette coupe de la CAF, le TPM, qui a déjà perdu sa première finale dans cette compétition, chez lui en 2013, face aux Tunisiens du CS Sfax. Mais c’était compter sans ces diables de congolais qui étaient survoltés

Le miracle n’a pas eu lieu  au Kamalondo

Tombé sur un MO Béjaïa plus coriace que prévu en finale aller de la Coupe de la CAF (1-1), le TP Mazembe aborde néanmoins la manche retour en position de force dans son antre du Kamalondo hier. Sans compter que les Kabyles doivent composer avec plusieurs absents. Déjà bien garnie avec notamment cinq Ligues des champions, trois Super coupes de la CAF et une coupe d’Afrique des vainqueurs de coupe, l’armoire à trophées du TP Mazembe s’est  s’agrandie d’une inédite Coupe de la CAF hier  (14h30 en temps universel). En position de force après leur nul ramené de la finale aller face au MO Béjaïa (1-1), les Corbeaux de Lubumbashi étaient en effet virtuellement qualifiés au coup d’envoi de la manche retour dans leur forteresse du Kamalondo. Malgré cet avantage face à un adversaire qu’ils avaient battu 1-0 au même endroit en phase de groupes, les hommes d’Hubert Velud restaient méfiants après avoir été sérieusement inquiétés par des Crabes qui auraient pu l’emporter à l’aller samedi dernier avec plus de réalisme. Pour autant, pas de place pour les comptes d’apothicaires comme l’a affirmé le technicien français. Mené 2 à 0 à la mi-temps, la situation du MOB se compliquait  sérieusement. Ils devaient marquer deux buts après la pause sans en encaisser pour espérer remporter la Coupe d’Afrique. Mais au vu de la physionomie de la première période on voyait mal comment les Mobistes pouvaient renverser la vapeur, tellement ils sont dominés par le TP Mazembe.

Mouloud  H

Sendjak : «  Mes joueurs n’ont pas à rougir de cette défaite » 

La déception se lisait sur le visage de Nacer Sendjak au coup de sifflet final du référé qui venait ainsi de mettre un terme à une aventure exaltante à laquelle ils commençaient à s’habituer. L’ex sélectionneur dont c’était le dernier match à la tête des Crabes dira que : « Mes joueurs ont fait de leur mieux pour terminer en apothéose  cette belle aventure. Au départ  personne n’avait cru en nous et personnellement je trouve que  c’est un exploit que d’atteindre l’ultime étape de la compétition. A tous je dis merci ».