Campagne électorale: Début timide en attendant le vrai déclic

0
153

 Au premier jour de la campagne électorale pour la présidentielle du 12 décembre prochain, les cinq candidats ont peiné à drainer la grande foule et ont eu beaucoup de mal à faire face à une opinion de plus en plus désintéressée.

Ainsi, les candidats ont mis en avant l’importance d’aller voter le 12 décembre prochain en vue de faire sortir le pays de la crise qu’il traverse et de bâtir une Algérie nouvelle. Le candidat de Talaie El Houriyet, Ali Benflis, a appelé les citoyens, lors d’un meeting à Tlemcen, à aller voter le 12 décembre prochain, soulignant qu’il s’agit d’un rendez-vous important qui doit permettre d’éviter une complication de la situation et de parvenir à une sortie de la crise politique que vit le pays, depuis plusieurs mois. Il a expliqué que participer à l’élection présidentielle constitue le moyen idoine pour trouver une issue à la crise multidimensionnelle que traverse l’Algérie, estimant que ne pas aller aux urnes le 12 décembre ne fera que compliquer la situation, tout en appelant au dialogue et au rejet de toute forme de violence. De son côté, le candidat du Mouvement El-Bina, Abdelkader Bengrina, qui a lancé sa campagne à la Grande-Poste d’Alger, a affirmé avoir choisi de commencer sa campagne à partir de ce lieu symbolique du Hirak, qu’il a qualifié de place de la liberté et de la dignité qui a provoqué la chute de l’empire de la corruption politique et financière, appelant, à cette occasion, à bâtir une Algérie nouvelle. Il s’est rendu, par la suite, au Port d’Alger où il s’est étalé sur son programme électoral, notamment, le volet économique. Les cinq candidats seront soumis à une charte d’éthique des pratiques électorales, élaborée par l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) et qui énonce les principes directeurs et les pratiques particulières qui forment le cadre du comportement moral attendu des acteurs et personnes participant au processus électoral. Elle est fondée sur « le respect profond et durable du processus démocratique et sur l’observation des lois et textes subséquents qui codifient les règles des élections et des campagnes électorales » et stipule que « le comportement moral relatif au processus électoral entend le respect des principes démocratiques de base à travers le libre exercice des droits démocratiques sans intimidation, notamment le droit de se porter candidat, le droit de vote, le caractère secret du vote, la transparence du financement des campagnes électorales ainsi que l’indépendance et la neutralité de l’institution en charge des élections et des services qui en dépendent». La charte note également que « tous les acteurs participant au processus électoral doivent accepter la responsabilité d’agir de façon à maintenir et à renforcer la confiance du citoyen par rapport à l’intégrité et la transparence du processus électoral». Elle cite, par ailleurs, 10 principes généraux, dont la souscription de tous les acteurs participant au processus électoral aux principes d’élections libres et équitables et au respect des lois électorales. Il s’agit aussi pour tous les acteurs participant au processus électoral de s’efforcer à renforcer la confiance du citoyen dans le processus électoral, défendre les droits démocratiques des Algériens, respecter les principes et les règles de déontologie formulées dans la charte et veiller à s’y conformer. Les acteurs participant au processus électoral observeront la législation et la réglementation en vigueur régissant le processus électoral et promeuvent le respect de celles-ci et consacreront tous les efforts nécessaires pour que le vote soit administré convenablement et équitablement et que son caractère secret soit assuré, est-il relevé. La charte stipule, en outre, que les membres de l’ANIE ainsi que ses démembrements et services administratifs qui en relèvent s’engagent « à s’astreindre au respect du principe de neutralité, d’impartialité et de traitement équitable des candidats aux élections et s’interdire tout comportement ou action susceptibles d’altérer ces principes». Pour rappel, le ministère de la Défense nationale (MDN) avait indiqué avoir pris toutes les dispositions sécuritaires nécessaires pour le bon déroulement de la présidentielle du 12 décembre. Le Haut Commandement de l’ANP « .a accompagné le mouvement populaire et affiché son soutien aux revendications légitimes des citoyens pour la concrétisation des changements voulus, et la réalisation de l’objectif principal consistant en l’organisation d’une élection présidentielle dans le cadre de la légitimité constitutionnelle, et le respect des institutions de l’Etat et rendre l’espoir aux Algériens pour un meilleur avenir, comme espéré par nos valeureux martyrs». Et pour permettre aux citoyens et aux candidats de se déplacer et de s’exprimer « dans un climat de quiétude et de sécurité » à travers tout le territoire national, et à la veille de la campagne électorale, le Haut Commandement de l’ANP a donné d' »amples instructions et les orientations nécessaires » à tous les Forces et les Services de Sécurité concernés pour garantir les conditions adéquates et permettre au peuple algérien de « participer massivement à la campagne électorale et au prochain scrutin présidentiel en toute liberté et transparence». A cette occasion, le Haut Commandement de l’ANP « exhorte tous les citoyens jaloux de leur pays à participer activement au cotés des Forces de l’Armée Nationale Populaire et des services de sécurité qui sont mobilisés jour et nuit et avec une grande vigilance, disposés et disponibles, à assurer la réussite de ce rendez-vous crucial pour l’avenir du pays et relever le défis pour renforcer et consolider la place et l’image de l’Algérie». De son côté, le ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement, Hassane Rabehi avait affirmé que « toutes les mesures ont été prises par l’Etat pour assurer le bon déroulement d’une élection présidentielle transparente sur la base des valeurs démocratiques». Pour ce qui est des appréhensions sur le financement de la campagne électorale par de l »argent sale’, M. Rabehi a affirmé que « cette échéance se déroulera dans de bonnes conditions, au regard des moyens et des procédures légales et administratives décidées dans le cadre de la démarche visant à protéger ce rendez-vous historique, grâce à la conjugaison des efforts de tous les citoyens ».

  1. Benslimane