Campagne présidentielle du 12 décembre: Les candidats plaident pour des réformes politico-économiques

0
201
Algerie: 04.12.2019 Azzedine Mihoubi anime un meeting populaires à la Coupole du Complexe olympique Mohamed-Boudiaf à Alger.

Les candidats en campagne présidentielle ont affirmé ce 18e jour détenir la solution à la crise que vit le pays, à travers «des engagements» visant une réforme politique qui confère la légitimité aux institutions de l’Etat, en poursuivant la lutte contre la corruption et la consécration de la justice sociale.

Mihoubi s’engage à poursuivre la lutte contre la corruption et la consécration de la justice sociale Le candidat à l’élection présidentielle du 12 décembre, Azzedine Mihoubi, s’est engagé, ce mercredi à Alger, à poursuivre la lutte contre la corruption et les différents fléaux portant préjudice à l’économie nationale par la numérisation de l’administration et la consécration de la justice sociale. Animant un meeting à la Coupole du Complexe sportif Mohamed-Boudiaf, au 18e jour de la campagne électorale, Mihoubi s’est engagé, en cas de victoire, à «poursuivre la lutte contre la corruption et le népotisme à travers la généralisation de la numérisation de l’administration». «Nul n’a le droit, quelle que soit sa qualité, de détourner les fonds des Algériens vers l’étranger», a affirmé le secrétaire général par intérim du Rassemblement national démocratique (RND), appelant à combattre tous les fléaux portant préjudice à l’économie nationale, à consacrer la justice sociale et à continuer à soutenir les catégories vulnérables en établissant les listes des personnes ouvrant droit au logement et aux soins sanitaires. Devant une audience représentative de plusieurs wilayas du pays,  Mihoubi a appelé les citoyens à se rendre massivement aux urnes le 12 décembre prochain, soutenant qu’en allant voter «le peuple algérien prouvera qu’il est libre et capable de défendre sa patrie sans ingérence étrangère» en allusion à la récente résolution du Parlement européen sur la situation en Algérie. Défendant son programme, le prétendant à la magistrature suprême a dit qu’il était porteur d’un «projet d’Etat national moderne» visant à édifier une «République d’institutions fortes» s’appuyant sur la volonté du peuple, régie par la loi et où règne la confiance entre les Algériens. A cette occasion, Mihoubi a salué le rôle important joué par l’Armée nationale populaire (ANP) depuis le début des marches populaire pacifiques du 22 février dernier à travers son soutien au peuple durant la crise politique que traverse l’Algérie, refusant «toute atteinte à cette institution crédible qui a assuré toutes les conditions pour répondre aux revendications du peuple». S’agissant de la communauté algérienne établie à l’étranger, Mihoubi a indiqué qu’elle «constitue une force importante qui doit contribuer à la construction de l’économie nationale, à la recherche scientifique et à l’investissement en Algérie», ajoutant qu’il s’emploira, s’il est élu président de la République, à créer un conseil national de la communauté pour prendre en charge leurs besoins sociaux. Il promet également aux membres de la communauté de leur accorder des subventions pour les billets d’avion et de les aider à bénéficier de logements dans le pays