CAMRA / Fin de la grève des médecins- résidents

0
698

Le collectif autonome des médecines résidents (Camra) a décidé de geler son mouvement de grève qui perturbé le fonctionnement le système de santé publique depuis huit mois.

La décision a été prise à la majorité des médecins lors d’assemblées générales et lors de la dernière réunion du bureau national, ses membres ont entériné la décision. « Nous venons, une fois de plus, témoigner de notre bonne foi en appelant tous les médecins résidents au gel de la grève à partir de ce dimanche », a indiqué Camra dans un communiqué rendu public. Selon les résultats des l’assemblées générales, dix facultés de médecine sur treize ont voté pour la reprise de l’activité complète. Le collectif Camra tient toutefois a précisé qu’il s’agit d’un gel de la grève et non pas « d’arrêter celle-ci. « Nous ne renonçons pas à nos revendications que nous voulons formuler avec pragmatique dans le cadre de négociations responsables afin d’établir un compromis acceptable pour tous », a ajouté la même source. Selon la même source, les solutions existent, nous en sommes convaincus et doivent pouvoir s’articuler dans une démarche nouvelles avec l’exigence d’une sortie de la crise rapide garantissant la protection des droits de tous les résidents. « Nous continuions à nous battre jusqu’à ce que toutes nous revendication soient satisfaites», confie une étudiante en pharmacie du CHU Nedir Mohamed de Tizi-Ouzou. « L’annulation du caractère obligatoire du service civile et l’amélioration des conditions socioprofessionnelles et la prise en charge des patients demeureront notre chevale de bataille », nous confie une résident en traumatologie. Nous restons malgré tout confiant et déterminé à arracher ses droits légitimes », lit-on dans un communiqué du CAMRA. Elle opte pour une grève cyclique. Le ministère de la santé avait demandé une reprise sans conditions de toutes les activités de soins pour pouvoir alors s’assoir autour de la même table de dialogue. Les médecins notamment ceux des urgences au niveau de l’hôpital Mustapha Pacha ont salué la décision. « C’est ce qu’il fallait faire dès le deuxième mois du mouvement. Dans le monde entier aucun mouvement ne dure aussi longtemps que celui de nos résident ». Il a qualifié de pas géant vers la résolution de conflit qui a tardé à être résolu. Un autre médecin salut d’abord cette décision qualifiée de sage. « Ce qui dommage c’est nos étudient ont perdu une année de leur cursus universitaire. Selon lui, le bras de faire n’arrange aucune partie », dit-t-il. D’autre préfèrent attendre la reprise effective du travail pour donner leurs avis. « Je préfère attend dimanche pour me prononcer sur cette décision », nous confie Pr Issolah, chef de service des urgences chirurgicales du Chu Mustapha.

S.B