CAN 2019 (quarts de finales) : Algérie-Côte d’ivoire, cet après-midi (17h): Les Verts à l’épreuve des Eléphants

0
48
PPAgency

 

 Avec les quarts de finales, on est vraiment entré dans le vif du sujet. Le niveau s’élève, la difficulté aussi pour toutes les équipes encore en lice.

A ce stade de la compétition, il n’y a plus de round d’observation ou de tergiversation, il faut aller droit au but en ne pensant qu’à la qualification. La hiérarchie bousculée, malmenée depuis le début de la CAN n’a plus aucun sens, même si certaines sélections tiennent encore à leur rang pour imposer leur loi.  Il faudra le prouver sur le terrain. Ce dont tentera de faire, cet après-midi à Suez, les Verts considérés désormais comme le plus grand favori du tournoi au regard de ce qu’ils ont montré jusque-là par rapport à leurs adversaires. Un statut pesant qu’il faudra assumer face à des Ivoiriens versatiles capables du meilleur comme du pire. Ils peuvent frapper au moment où on les attend le moins, comme ils peuvent passer complètement à côté de leur sujet. Mais il y a une constante chez eux, c’est la qualité de leurs individualités qui leur a permis en 2015 de remporter le titre. Riches de leur acquis, ils s’appuieront dessus pour tenter de faire la différence. « La Côte d’Ivoire est aussi un favori de la CAN. Ils ont de bons joueurs avec beaucoup d’expérience. Ils ont gagné une CAN en 2015, ils ont l’expérience de la gagne», a averti Djamel Belmadi lors de sa conférence de presse animée hier, dans des propos rapportés par le site dzfoot. Le sélectionneur national paraissait quelque peu contrarié, visiblement sous pression et ne voulant pas qu’on dise que son équipe est devenue la grande favorite pour remporter le trophée. Il est vrai que certains d’entre nous se sont empressés de placer l’Algérie bien au-dessus du lot, malgré la présence d’autres sélections toutes aussi fortes, comme le Sénégal, le Nigeria ou encore la Côte d’Ivoire. Tout le monde a son mot à dire et ses chances dans cette compétition, comme l’a indiqué le coach des Eléphants Ibrahim Kamara. « Nous avons une ligne directrice, aucune équipe n’est imbattable, nous allons tout faire pour gagner demain (aujourd’hui ndlr) », a-t-il déclaré serein et sûr de lui. Il faut s’attendre à ce que la Côte d’Ivoire, dont la majorité des joueurs évoluent dans des clubs respectables en Europe, haussent son niveau de jeu pour se mettre au diapason. Si jusqu’à présent ils n’ont pas fait preuve de régularité dans le jeu, se montrant peu convaincants sur le plan collectif, Ils peuvent néanmoins se transcender grâce à l’enjeu de la rencontre. Il faudra craindre chez eux, leurs capacités d’adaptation et leurs qualités physiques qui ne sont plus à démontrer. Les Algériens quant à eux évolueront pour la première fois hors de la capitale, le Caire, à une heure indue (17h). Belmadi aurait aimé ne pas changer ses habitudes, mais il fait contre mauvaise fortune bon cœur. « J’espère que le déplacement à Suez ne nous dérangera pas. L’organisation est ainsi faite on doit s’y plier. L’horaire de jeu importe peu», assure-t-il. Concernant son adversaire du jour, il dira : « Il n’y a pas de piège particulier à craindre, on a en face une équipe qui a de la qualité et de l’expérience ».Dans ce genre d’empoignade, il est vrai que le plus important est de s’occuper de son groupe. Le football, ce n’est pas seulement la tactique et le physique, il y a aussi l’état d’esprit qui est très important. Le coach est là pour transmettre sa grinta et sa hargne à ses troupes. C’est probablement le domaine dans lequel Belmadi a le plus réussi. Il y a une adhésion autour de lui et pour sa philosophie. Les joueurs se donnent à fond sur le terrain et mouillent le maillot sans calculs, ni arrière-pensée. Il y a un seul objectif auquel ils convergent tous, en dépit des difficultés. C’est dans ce secteur que l’équipe nationale a fait d’énormes progrès sans lesquels elle n’aurait pas atteint les quarts de finales tout en visant plus haut. Il y a en effet de réelles chances d’aller chercher le sacre, même si le chemin est encore long et semé d’embûches. En attendant, le mérite des Verts est d’avoir rendu l’espoir à ses milliers de fans qui croient désormais en leur équipe. Une équipe qui ne devrait pas changer face à la Côte d’Ivoire. Belmadi devrait faire confiance au même onze à un ou deux éléments près. C’est aussi un signe de la continuité dans le bon sens. Cet après-midi, il s’agit de franchir une nouvelle étape dans la quête du graal. C’est le défi proposé à Mahrez et ses camarades. Sauront-ils le relever ?

Ali Nezlioui