CAN 2021, ce soir (20h) à Gaborone, Botswana –Algérie:  Les Verts en conquérants

0
111

 Un match inédit attend, ce soir (20h), les Verts face au Botswana qu’ils n’ont jamais affronté par le passé. Autre fait marquant, c’est la première fois dans l’histoire que l’adversaire de l’EN sera coaché par… un entraineur algérien, Adel Amrouche en l’occurrence.

Des ingrédients qui donnent un cachet particulier à cette rencontre, d’autant qu’elle se déroulera en nocturne. C’est assez rare en Afrique sub-saharienne pour être souligné. Généralement les équipes du sud du Continent préfèrent jouer en diurne quand ils reçoivent leurs homologues du nord. Une manière pour les mettre un peu en difficulté à cause de la chaleur et de l’humidité élevées auxquelles elles ne sont pas habituées. C’est de bonne guerre, car les « nordistes », de leur côté préfèrent jouer en nocturne chez elles, car à une époque les équipes sub-sahariennes n’appréciaient pas beaucoup le fait de jouer à des températures basses. C’était plus valable par le passé, car aujourd’hui toutes les équipes du Continent ou presque sont composées de joueurs évoluant en Europe. Ils n’ont du coup aucun souci d’adaptation de ce côté-là. Le vrai handicap qui persiste encore, c’est souvent le mauvais état du terrain. C’est d’ailleurs ce que appréhende le plus l’entraineur national Djamel Belmadi face au Botswana ,ce soir, au point de vouloir changer complètement sa stratégie et sa tactique. « Le terrain n’est pas terrible, pratiquement injouable. Il va falloir opter pour une autre manière de jouer », a-t-il confié avant le départ.  Il est vrai que pour des équipes techniques comme la nôtre dont le jeu est basé essentiellement sur le redoublement des passes, il est difficile de le mettre en place sur des terrains bosselés ou pelés. Il va falloir donc s’adapter et réfléchir à un jeu plus direct. Est-ce à dire que l’équipe ayant atomisé la Zambie, il y a quatre jours à Blida, sera complètement remodelée ? On ne le pense pas. Toutefois, elle risque de connaitre quelques ajustements. Déjà, on sait que Riyad Mahrez ne sera pas de la partie, puisqu’il a demandé à être dispensé de ce match  pour aller régler une affaire personnelle chez lui en Angleterre. Il devrait être vraisemblablement remplacé sur le flanc de l’attaque par Soudani qui a fêté son retour en sélection par un joli but face à la Zambie. A moins que le coach ne décide d’opter pour le 4-4-2. Dans ce cas, il alignera Slimani en pointe de l’attaque aux côtés de Bounedjah.  Du coup, Belmadi pourra « muscler » davantage son milieu de terrain afin de mieux s’adapter à l’adversaire et à l’état du terrain. Un adversaire qu’il faudra prendre au sérieux. Les « Zebras », 146es au classement FIFA, peuvent poser quelques problèmes aux Verts. D’ailleurs, Belmadi reconnait que cette équipe « défend bien ». Pour son premier match dans les éliminatoires de la CAN, elle est allée chercher un précieux nul (0 -0) à Harare devant le Zimbabwe. En plus en face, il y aura un technicien qui connait parfaitement le football algérien. Adel Amrouche sera avide d’accrocher l’équipe de son pays à son tableau de chasse. Mais en face, forts de leur belle série de 16 matches sans défaite, les Verts voudront terminer en apothéose une année couronnée par un sacre continental historique. Sur le papier, il n’y a pas photo. Les Algériens sont largement favoris. En cas de succès, ils seront bien lancés pour se qualifier à la prochaine CAN prévue au Cameroun.  Mais un match n’est jamais gagné d’avance. Il va falloir qu’ils confirment leur suprématie sur le terrain peu importe son état.

Ali Nezlioui