Centenaire de l’armistice : La France salue l’engagement « fort » et « permanent » de l’Algérie pour la paix

0
503

 L’ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt a salué, dimanche, l’engagement « fort » et « permanent » de l’Algérie pour la paix, à travers notamment la médiation dans de nombreux conflits, rappelant à ce propos les négociations « difficiles » menées par la diplomatie algérienne pour la libération des otages américains en Iran et la résolution des conflit entre l’Ethiopie et l’Erythrée ainsi que le rétablissement de la paix au Mali.

S’exprimant lors d’une cérémonie de commémoration du centenaire de l’armistice marquant la fin de la Première Guerre mondiale, à Alger, M. Driencourt a salué l’engagement « fort » et « permanent » de l’Algérie en faveur de la paix, en jouant, a-t-il souligné, « un rôle majeur de médiateur dans de nombreux conflits et négociations difficiles ».Il a insisté, lors de cette cérémonie qui s’est déroulée au lycée international Alexandre Dumas, que l’Algérie porte aussi « un message fort de vivre ensemble en paix, par delà toutes les différences », soulignant que l’Organisation des Nations unies avait fait sienne de ce message en instituant une journée internationale, le 16 mai, pour célébrer chaque année « le respect et l’écoute d’autrui dans un esprit de paix et d’harmonie ».A l’occasion du centenaire de l’armistice, il a rappelé qu’il y a 100 ans, le 11 novembre 1918, à bord d’un train stationné près de la ville de Rethondes, en France, les Alliés et l’Allemagne signèrent la fin des combats meurtriers et qui avait coûté la vie à 18 millions de personnes, dont 8 millions de civils.« La Première Guerre mondiale 1914-1918 avait ébranlé tous les continents et tous les peuples et elle avait ancré dans la mémoire collective les horreurs des tranchées, des bombardements et des gueules cassées. (…) Du pacifique à l’Afrique, en Asie et au Moyen-Orient, jusqu’aux côtés américaines, et bien sûr en Europe, tous les peuples ont été meurtris par ce conflit, sans exclusion des pays restés neutres », a tenu à souligner l’ambassadeur, rappelant que les peuples qui étaient sous le joug de nombreux empires coloniaux ont été également impliqués.« La participation et le sang versé par ces peuples ne seront jamais oubliés », a-t-il fait savoir, tout en relevant que « la paix se construit grâce à la solidarité, à l’ouverture sur le monde, à la prospérité économique ». Toutefois, Xavier Driencourt a reconnu, dans ce contexte, que cette « paix est terriblement fragile et souvent menacée » dans le monde d’aujourd’hui. A ce titre, il a cité les conflits « majeurs » qui ébranlent encore le monde, notamment en Syrie, au Yémen, en Libye, au Soudan du Sud, en Afghanistan et en Birmanie. Exhortant la communauté internationale à se mobiliser et redoubler d’efforts pour leur résolution, M. Driencourt a appelé à « faire taire le bruit des armes » et « à porter assistance aux personnes vulnérables, d’encourager la stabilité et un développement durables », afin de préserver des générations futures des affres de la guerre. Baptisée « Rencontre pour la paix », cette cérémonie a vu aussi la présence de nombreux représentants de la communauté diplomatique accrédités à Alger, des cadres supérieurs du ministère des Affaires étrangères, des représentants des organisations mondiales (ONU, Union européenne et le Comité international de la Croix-Rouge) ainsi que les enseignants et élèves du lycée international Alexandre Dumas, des écoles italienne Di Roma et russe en Algérie.Pour donner une dimension internationale à cette commémoration, dans l’esprit de l’initiative du président français Emmanuel Macron, tous les représentants diplomatiques des pays touchés par la Guerre mondiale ont été invités à prendre la parole. Les diplomates ont été unanimes à prôner les messages de la paix, de tolérance et de fraternité entre les peuples, appelant à cesser les violences et à défendre les valeurs universelles du dialogue, de la paix et de la solidarité. Pour leurs parts, des élèves du lycée international Alexandre Dumas ont participé à cette célébration, en lisant, dans différentes langues (russe, français, espagnol, italien, arabe…) des lettres de soldats morts sur les champs de batailles laissant des écrits forts symboliques sur les atrocités des guerres et des conflits mondiaux. La Rencontre pour la paix d’Alger s’est achevée avec l’inauguration d’une plaque commémorative, érigée dans la grande cour du lycée Alexandre Dumas, et dédiée à cette journée de célébration du centenaire de l’Armistice sous le signe de la paix. La clôture a été aussi marquée par le lâcher de ballons blancs et de colombes par les élèves de l’établissement.

A.D