C’est l’escalade !: Rien ne va plus entre la FAF et la JSK.La guerre est déclarée pour de bon.

0
114

Après la sortie médiatique véhémente du président Cherif Mellal contre les instances sportives, il y a deux jours, la Ligue, sur demande de la FAF, l’a convoqué pour comparaître, ce jeudi, devant la commission de discipline.

«Pour complément d’informations, la commission de discipline a reçu une 2e saisine de la part de FAF pour d’autres déclarations au cours d’une conférence de presse, monsieur Cherif Mellal, président de la JS Kabylie est convoqué devant la commission de discipline, le jeudi 10 Septembre 2020 à 11h00 », peut-on lire sur le site officiel de la LNF. Cependant, il n’est pas sûr que le patron de la JSK honore cette convocation. Il a déjà fait faux bond à une première «invitation», en envoyant à la Ligue un certificat de maladie pour justifier son absence.

Qu’en sera-t-il demain ? Il faut dire que Mellal, comme il l’a répété lors de la conférence de presse qu’il a animée au siège de son club, ne reconnaît plus l’autorité des instances du football. «Après la gifle reçue par le TAS de Lausanne (l’affaire du derby dans lequel l’USMA a obtenu gain de cause contre la Ligue et la FAF, ndlr), on ne fait plus confiance dans nos instances. Elles sont illégales et doivent partir», a-t-il déclaré, avant d’ajouter : «ce qui les ont placé sont aujourd’hui en prison, ils doivent à leur tour démissionner et rendre des comptes devant la Justice. Ils font partie du résidu de la Issaba». Il estime par ailleurs que son club, à l’instar d’autres équipes de l’élite, sont victimes de l’abus de pouvoir de la Fédération. Il n’explique pas pourquoi son équipe a été privée d’une place africaine, alors qu’elle a terminé officiellement le championnat à la 4e place. Maintenant, la FAF veut organiser un tirage au sort parmi les 8 équipes encore en lice en Coupe d’Algérie, pour désigner le 2e représentant  dans la compétition africaine. «C’est un scandale», s’emporte-t-il. Il est convaincu que son club est visé. Il est vrai qu’il y a de quoi s’insurger, si la proposition de la FAF passe. Ça serait le comble de l’absurdité. On aurait aimé qu’il n’y ait qu’un seul représentant en Coupe de la CAF, que d’organiser une mascarade de tirage au sort pour élire un 2e qui n’aura aucune légitimité, en dehors de la «bénédiction» et l’aval de la FAF. Ça ne fait pas du tout sérieux. Mais la Fédération n’est pas à sa 1ère bourde. Elle les multiplie depuis  l’arrêt du championnat au mois de mars dernier pour cause du coronavirus. «Nous sommes devenus la risée du monde entier, à cause de la gestion catastrophique de la FAF», fait remarquer le président de la JSK. Pour lui, tout le monde a su gérer la crise, notamment nos voisins, le Maroc, la Tunisie et la Mauritanie, qui ont repris la compétition sans problème majeur. «Il n’y a que nous qui ne savons rien sur la reprise», déplore-t-il. Cela dit, la JSK n’a pas attendu le feu vert de la Ligue pour reprendre les entraînements. La preuve qu’elle ne reconnaît plus son autorité.

Ali Nezlioui