CGEA «Signature de protocole d’accord pour l’amélioration du climat d’affaires en Méditerranée

0
132

En sa qualité de présidente de l’Union méditerranéennes des confédérations des Entreprises BUSINESSMED, la Confédération générales des Entreprises algériennes CGEA à sa tête Saïda Neghza , signe un protocole d’accord avec l’Institut de Prospective économique du monde méditerranéen IPEMED ce jour à Paris et cela dans le cadre du projet «Enhancing Business Support Organisations and Business Networks in the Southern Neighbourhood» EBSOMED.

Ce protocole d’accord a pour principaux objectifs la stimulation du climat des affaires en Méditerranée, le renforcement de coopération entres les différends organisations patronales de la rive Nord et Sud de la Méditerranée et enfin la consolidation d’actions conjointes pour la résolution de problématiques sociales dans la région. Saïda Neghza présidente de la CGEA et de BUSINESSMED rencontrera ce lundi 17 septembre Jean Louis Guigou, président Fondateur de l’Institut de Prospective économique du monde méditerranéen (IPEMED) à Paris, les deux président se sont entendus pour la signature d’un protocole d’accord dans le but d’améliorer l’écosystème des entreprises euro-méditerranéennes et de soutenir le développement économique et social de la région, rappelant que ce protocole rentre dans le cadre du projet EBSOMED cofinancé par la Commission européenne et coordonné par l’Union méditerranéenne des Confédérations d’Entreprises BUSINNESMED.

Issu d’une suite d’échanges et discussions, ce protocole est l’aboutissement d’accord de collaboration entre les deux organisations et ce, pour une durée de trois ans. A travers ce Memorundum les deux présidents ont convenu d’entreprendre conjointement des actions afin d’instaurer un cadre approprié au dialogue économique et social entre diffé- rentes représentations patronales méditerranées permettant ainsi aux entreprises, d’accroître leurs nombres de partenariats dans l’écosystème euro-méditerranéen et dans tous les domaines qu’elles estimeront pertinents au titre d’un tel accord et de développer les échanges nécessaires afin d’assurer l’essor de relations économiques et sociales équilibrées entre les parties, à travers le dialogue et la coopération, notamment, afin de favoriser le développement et la prospérité des affaires dans la région.