Chahar Boulakhras, PDG de la Sonelgaz, à la Radio : « Le groupe a connu des investissements conséquents, particulièrement entre 2012 et 2013»

0
78
Photo conception L'Echo d'Algérie

Dans un entretien accordé à la Radio Algérienne, le nouveau président-directeur général du groupe Sonelgaz (Société Nationale de l’Electricité et du Gaz), M. Chahar Boulakhras, a expliqué que les petites coupures d’électricité occasionnelles enregistrées ça et là ces derniers temps, ne peuvent être assimilées à du délestage, sachant que ce dernier signifie un arrêt volontaire de l’approvisionnement dans un réseau électrique en vue de rétablir l’équilibre entre la production et la consommation. Autrement dit, un manque de production, ce qui n’est pas du tout le cas pour notre pays, précise l’invité de la Radio. M. Boulakhras précise qu’il s’agit de « coupures circonscrites pour lesquelles les équipes restent mobilisées pour agir avec la célérité et l’efficacité requises ».

S’exprimant hier  matin lors de l’émission L’invité de la rédaction, M. Boulakhras  est revenu sur les investissements consentis par l’entreprise en vue justement de parer à de telles situations qui, faut-il le souligner, surviennent également dans des pays bien plus développés par des périodes caniculaires telles que connaît notre pays en ces moments, ce qui est tout à fait naturel.  En effet, le groupe a connu des investissements conséquents, particulièrement entre 2012 et 2013, en vue de répondre aux besoins croissants de consommation. En matière de production d’électricité, « nous comptons presque 200 000 mégawatts, une infrastructure de transport et de distribution qui dépasse les 360 000 kilomètres réalisés, le réseau de distribution du gaz dépasse les 122 000 kilomètres, depuis 1969 à ce jour », a précisé M. Boulakhras. Revenant sur les pics de consommation, l’invité de la Radio a évoqué le pic « historique » de 150133 mégawatts enregistré le 7 juillet dernier à 14h05.